Vincent Van Gogh - "Mineur" parmi les mineurs au Borinage

18 septembre 2016

17-09-2016 : Lerarendag in de Borinage

 

 

Lerarendag au Borinage

 

 

 

2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171940

Wasmes - Places Saint-Pierres

 

 

Samedi 17 septembre 2016

26 enseignants flamands et leurs partenaires découvrent le Grand-Hornu et les traces de Vincent Van Gogh à Petit-Wasmes

 

Zaterdag 17 september 2016

26 Vlaamse leraren en hun partners ontdekken de Grand-Hornu en het spoor van Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes

 

Saturday, September 17th, 2016

26 flemish teachers and their partners discover the Grand-Hornu and Vincent Van Gogh traces in Petit-Wasmes

 

 

2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171941

Wasmes - Rampe des Ecoliers

 

2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171942

Wasmes - Rampe des Ecoliers

 

2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171943

Wasmes - Rampe des Ecoliers

 

 

 

Een organisatie in samenwerking met de Lerarenkaart : https://www.klasse.be/lerarenkaart/

 

 

 

Een reactie...

 

Beste Filip

Nog even zeggen dat we ztaerdag enorm genoten hebben van een even deskundige als doorleefde gidsing in de Borinage. Ik maak zeker reclame op school en misschien zit er op de een of andere manier wel een uitstap of verblijf in. In dat geval weet ik wie ik mag contacteren.

Groet,

 

 

Edwig

 

 

 

 

 

 


13 septembre 2016

10-0-2016 : Visite japonaise à Marcasse

 

 

Samedi 10 septembre 2016

 

Visite japonaise à Marcasse

 

Deuxième visite de l'artiste Mme. Yoshiya Kay avec des visiteurs du Pays du Soleil Levant.  Cette fois, il y avait le journaliste Mr. Tadahiko Mori - The Manichi Newspaper Japan qui consacrera un article à cette visite sur les traces de Vincent Van Gogh. 

 

Tweede bezoek aan van kunstenares Mevr. Yoshiya Kay met een groep bezoekers uit het Land van de Rijzende Zon.  Deze keer met o.a. de journaliste Mr. Tadahiko
Mori - The Manichi Newspaper, die een artikel aan dit bezoek in het spoor van Vincent Van Gogh zal wijden.

 

Second visit of artist Mrs. Yoshiya Kay with a group of visitors of the Land of the Rising Sun.  This time with journalist Mr. Tadahiko Mori - The Manichi Newspaper who will write anarticle about this journey in Vincent Van Gogh'(s steps.. 

 

Télé MB                                              

Wasmes: Marcasse et Van Gogh ''Big in Japan''

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous le savez , les asiatiques  sont très intéressés par le peintre VanGogh et son passage dans le Borinage. La preuve encore, le 10 septembre  après midi, puisqu'un groupe de japonais visitait le site de Marcasse. L'occasion de faire le point sur les projets de  sauvegarde et de développement du site que défend une poignée de passionnés. 

 

Voir reportage :

http://www.telemb.be/wasmes-marcasse-et-van-gogh-big-in-japan-_d_19298.html

 

 

Japanese visit - 2016-09-10 - P9101920

Groupe venu tout droit du Japon

 

Japanese visit - 2016-09-10 - P9101917

Heureuses d'être à Marcasse !

 

Japanese visit - 2016-09-10 - P9101915

Mme. Yoshiya Kay et le "spray artist" Stan Di Meo

 

Japanese visit - 2016-09-10 - P9101901

 

Des oeuvres de Rénée Bourlet et Ama Simeoni (groupe "Mémoire Boraine") décorent le site de Marcasse

 

Japanese visit - 2016-09-10 - P9101895

 

 

Site de Yoshiya Kay :

http://www.kayyoshiya.com/ 

 

 

 

N'hésitez pas à pousser la porte de Marcasse, même si vous venez de moins loin !!

Contact : Nadine Gravis - riccanad@msn.com - 0474-17 64 64

 

Posté par DEFI66 à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 septembre 2016

Vincent Van Gogh au Borinage : Promenades guidées / Guided walks / Geleide wandelingen

 

BORIGINES

 

The Original Way to discover the Borinage !!!

 

 

11 - Ruelle Baronnette - lecture Teio Meedendorp

 

 

 

 

 

 

 

Dessin Van Gogh - les sclôneuses

BORIGINES : The Original Way to discover the Borinage !

 

 


 

 

Discover Vincent Van Gogh’s heritage places in the Borinage (Belgium).

 

GROUPS

 

 

Guided walking tours for groups in GB, NL, FR, DE, including stops at the Van Gogh House and the Marcasse coal mine in Wasmes. 

 Duration: ± 3 hours

 

 

107 - Rampe des Ecoliers

 

 

 

Découvrez le patrimoine de Vincent Van Gogh dans le Borinage (Belgique).

 

Promenades guidées pour groupes en GB, NL, FR, DE, avec des arrêts à la Maison Van Gogh et au charbonnage de Marcasse à Wasmes. 

 Durée: ± 3 heures

 

 

 

56 - Place Saint-Pierre

 

 

 

 

Ontdek het Vincent Van Gogh erfgoed  in de Borinage (België).

 

Geleide wandelingen voor groepen in GB, NL, FR, DE, met haltes aan het Van Gogh Huis en de Marcasse kolenmijn in Wasmes. 

Duur: ± 3 uur

 

 

173 - Terril du 6 Hornu-Wasmes - sommet

 

 

 

 

Entdecken Sie die Vincent Van Gogh Erbe in der Borinage (Belgien).

 

Geführte Wanderungen für Gruppen auf GB, NL, FR, DE, mit Besüche am Van Gogh Haus und am Marcasse Kohlenbergwerk in Wasmes. 

Dauer: ± 3 Stunden

 

 

15 - Chemin de Messe - 20130420_16

 

 

Info & Reservations

 

BORIGINES

Frameries – Belgium

 

Tel : +32-(0)487-68 58 59

E-mail: Filip.depuydt@netc.eu

Web: http://vangoghborinage.canalblog.com

 

 

 

dessin filip WE wasmes

 

 

 

 


 

 

 Reportage photos de Maison Roth-Pino - samedi 07/03/2015

https://picasaweb.google.com/112243596166982992886/20150307PromenadeVanGogh?authkey=Gv1sRgCLik_8fls-f__gE&feat=content_notification#

 


 

 

05 septembre 2016

04-09-2016 : Hommage à / tribute to Vincent Van Gogh & Marcasse

 

Dimanche4 septembre 2016 :

une superbe journée en hommage à Vincent Van Gogh à Petit-Wasmes et au charbonnage de Marcasse

 

Zondag 4 september 2016 :

een fantastische dag ter ere van Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes en de kolenmijn van Marcasse

 

Sunday, 4 Septembe 2016 :

a great tribute day to Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes and in the former Marcasse coal mine

 

A087 - 01 - Wasmes - sauver Marcasse

Photo : Pascal Tierce - "La Province"

 

 

A087 - 02 - Wasmes - sauver Marcasse

Photo : Pascal Tierce - "La Province"

 

 

PROVINCE20160911 - Wasmes - sauver Marcasse

 

 

20160904_134357

 

 

20160904_134422

 

 

20160904_134446

 

 

20160904_134508

 

 

 

20160904_134744

 

 

 

20160904_134953

 

 

20160904_135553

 

 

20160904_140849

 

 

Foto's van Paul Berckmans

 

Paul Berckmans - DSC_0180

 

 

Paul Berckmans - DSC_0183

 

 

Paul Berckmans - DSC_0185

 

 

Paul Berckmans - DSC_0186

 

 

Paul Berckmans - DSC_0202

 

 

 

Paul Berckmans - DSC_0219

 

 

Paul Berckmans - DSC_0220

 

 

Paul Berckmans - DSC_0224

 

 

Paul Berckmans - DSC_0230

 

 

 

 

 

 

 

 

30 août 2016

04/09/2016 - Memorial Day "Vincent Van Gogh au Borinage"

 

Memorial

Vincent Van Gogh Borinage  

 

Dimanche 4 septembre 2016

Zondag 4 september 2016

Sunday, September 4th, 2016

 

 

 

 

 

15- Place Saint-Pierre

Wasmes, Place Saint-Pierre

 

 

 

Français

 

Journée mémoriale Vincent Van Gogh dans le Borinage (1878-1880).

 

Programme

  • 09h30 : accueil dans l'ancien charbonnage de Marcasse , Sentier de Saint-Ghislain 7 à 7340 Colfontaine.
  • 10h00 : départ de la promenade guidée sur les traces de Vincent Van Gogh à Petit-Wasmes (+/- 10 km)
  • 13h30 : Fin de la promenade et aéritif sur le site de Marcasse
  • 14h00 : Barbecue convivial au charbonnage de Marcasse et découverte du domaine
  • éventuellement : visite du site du Grand-Hornu (Patimoine Mondial de l'UNESCO) : www.grand-hornu.eu

 

Guide :                 Filip Depuydt (FR / NL / GB)

 

Cette promenade vous fera découvrir :

  • Les lieux fréquentés par Vincent Van Gogh lors de son séjour comme évangéliste parmi les mineurs de Petit-Wasmes, tels que la Maison Denis, le Salon du Bébé et le charbonnage de Marcasse ;
  • Les lettres que Vincent a écrites à son frère Theo lors de son séjour dans le Borinage ;
  • Des anecdotes et des lieux ayant servi au tournage du film « Lust for Life » (la Vie Passionnée de Vincent Van Gogh) de Vincente Minelli en 1955, avec Kirk Douglas dans le rôle principal ;
  • L’histoire de l’exploitation du charbon dans la région du Borinage et le début de la Révolution Industrielle, avec quelques vestiges, dont une série de « dalles » recouvrant les anciens puits d’extraction, le châssis à molettes en béton du Sauwartan, le charbonnage de Marcasse ;
  • Les sommets des terrils du charbonnage de Sauwartan et du charbonnage no. 6 d’Hornu & Wasmes.
  • Des panoramas sur les vallées de la Haine et de l’Elwasmes, le Bois de Colfontaine et la réserve naturelle « Marcasse et alentours » ;
  • L’histoire et le folklore local (la fête de l’Alion, la Pucelette, Gilles de Chin et le Dragon, l’Abbaye de la Court, le pagnon borain, …)

 

Prix pour la promenade : 10€/personne.

 

Le prix comprend :

  • Guidage et explications historiques ;
  • Accès au domaine de Marcasse, un morceau de pagnon borain et une tasse de café ;

 

Prix pour le barbecue : 15 €/personne.

 

Le menu comprend :

  • Apéritif;
  • Assiette barbecue & crudités
  • 1 boisson
  • Café

 

Inscriptions obligatoires avant le 27 août 2016 !!!!

 

 

Les benéfices de la journée iront à l'asbl "Marasse et sa mémoire" et contribueront à l'aménagement d'une infrastructure d'accueil pour les visiteurs.

 


 

 

Dessin Van Gogh - les sclôneuses

Vincent van Gogh, Les Sclôneuses  (Kolenzakken dragende vrouwen in de sneeuw), november 1882,

Collection Kröller-Müller Museum.

 

 

Nederlands

 

 

Dag ter nagedactenis van Vincent Van Gogh in de Borinage (1878-1880).

 

Programma

  • 09u30 : ontvangst in de oude steenkolenmijn van Marcasse , Sentier de Saint-Ghislain 7 à 7340 Colfontaine.
  • 10u00 : vertrek van de geleide wandeling in het spoor van Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes (+/- 10 km)
  • 13h30 : einde van de wandeling en aperitif op het domein van Marcasse
  • 14u00 : gezellige barbecue au in Marcasseen ontdekking van het domein
  • eventueel : bezoek van de site du Grand-Hornu (UNESCO werelderfgoed) : www.grand-hornu.eu

Gids :                 Filip Depuydt (FR / NL / GB)

 

Tijdens deze wandeling zult u de volgende zaken ontdekken :

  • De plaatsen waar Vincent Van Gogh woonde en werkte tijdens zijn verblijf als evangelist onder de mijnwerkers in Petit-Wasmes, zoals het « Maison Denis », het „Salon du Bébé“ en de Marcasse  kolenmijn;
  • De brieven die Vincent aan zijn broer Theo schreef tijdens zijn verblijf in de Borinage ;
  • Anecdotes en plaatsen die gediend hebben voor de opnamen van de film « Lust for Life »van  Vincente Minelli in 1955, met Kirk Douglas in de hoofdrol;
  • De geschiedenis van de steenkoolwinning in de Borinage en het begin van de Industriële Revolutie, met een aantal overblijfselen, waaronder enkele  « dallen » die oude mijnschachten afsluiten, de betonnen mijnbok van de Sauwartan, de Marcasse kolenmijn;
  • De toppen van de terrils (= steenbergen) van de Sauwartan kolenmijn en van de kolenmijn Nr. 6 van Hornu & Wasmes.
  • Panorama’s over de valleien van de Haine en de  Elwasmes, het Bos van Colfontaine en het natuurreservaat « Marcasse et alentours » ;
  • De lokale geschiedenis en folklore (het feest van de Alion, de Pucelette, Gilles de Chin en deDraak, de abdijhoeve « Abbaye de la Cour »t, de pagnon borain, …)

 

Prijs voor de wandeling : 10 €/persoon.

 

Deze prijs omvat :

  • De gids en historische uitleg ;
  • Toegang tot het domein van Marcasse, een stuk pagnon borain en een kop koffie;

 

 

Prijs voor de barbecue : 15 €/persoon.

 

Het menu omvat :

  • Aperitief;
  • Barbecueschoel met rauwkost;
  • 1 drankje;
  • Koffie;

 

 Inschrijving absoluut verplicht ten laatste op  27 augustus 2016 !!!!

 

De opbrengsten van deze dag gaan naar de vzw "Marcasse et alentours" en zullen bijdragen tot de inrichting van een onthaalinfrastuur voor de bezoekers.

 


 

 


 

 

 

 

 

Rino Noviello - _1030240-Modifier

 photo Rino Noviello

 

 

English

 

Vincent Van Gogh in the Borinage (1878-1880) Memorial Day.

 

Programme

  • 09:30 : welcome at the former Marcasse coal mine, Sentier de Saint-Ghislain 7 in 7340 Colfontaine.
  • 10:00 : start of the guided walk in Vincent Van Gogh's footsteps in Petit-Wasmes (+/- 10 km)
  • 13:30 : and of the walk and aperitif Marcasse
  • 14:00 : cosy barbecue at the Marcasse colliery of the domain
  • optional : visit of the site du Grand-Hornu (UNESCO world heritage) : www.grand-hornu.eu

 

Guide :                       Filip Depuydt (FR / NL / GB)

 

During this walk you will discover the following matters :

  • The places where Vincent Van Gogh lived and worked while he was an evangelist among the miners in Petit-Wasmes, such as the « Maison Denis », the „Salon du Bébé“ and the Marcasse  colliery;
  • The letters Vincent wrote to his brother Theo during his stay in the Borinage;
  • Stories about and locations used for the shooting of « Lust for Life » by Vincente Minelli in 1955, starring Kirk Douglas;
  • The history of the coal exploitation in the Borinage and the start of the Industrial Revolution, with some remainders such as a couple of « dalles » covering the former mine shafts, the concrete pithead of the Sauwartan mine, the Marcasse colliery;
  • The summets of the Sauwartan and the Hornu & Wasmes no. 6 collieries’ slag mountains.
  • Panoramas over the Haine and the Elwasmes valleys, the Colfontaine Forest and the « Marcasse et alentours » natural reserve;
  • The local history and folklore (the Alion festival, the Pucelette, Gilles de Chin and the Dragon, the « Abbaye de la Cour » abbey farm, the “pagnon borain”, …)

 

Price for the guided walk : 10 €/person.

 

This price includes :

  • Guidance and historic information;
  • Access to the Marcasse domaine, a piece of pagnon borain and a cup of coffee;


 

Price for the barbecue : 15 €/person.

 

 The menu includes :

  • Aperitif;
  • Barbecue platter with vegetables;
  • 1 drink;
  • Coffee

  

Inscriptions compulsary by 27 August 2016 at the latest !!!!

 

 

Benefits of this day will go to the "Marcase etalentours" association and will contribute to the creation of an infrastructure for to welcome visitors.

 

 


 

 

Information& inscriptions

 

 

BORIGINES

Filip Depuydt

T : +32-(0)487-68 58 59

E : filip.depuydt@netc.eu

Info : http://vangoghborinage.canalblog.com

Facebook : “Vincent Van Gogh Borinage Belgium”

 

Charbonnage de Marcasse

Sentier de Saint-Ghislain 7

7340 Colfontaine

Belgium

Map : https://www.google.be/maps/place/Sentier+de+Saint-Ghislain+7,+7340+Colfontaine/@50.4110638,3.82654,17z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x47c2599e490c43d9:0xa65efe325490a8ad!8m2!3d50.4110604!4d3.8287287

 

 

 

Registration / réservations

 

 

Les inscriptions seront effectives après paiement préalable sur le compte suivant avec communication "Van Gogh - 04/09/2016" :

 

Reserveringen zijn pas effectief na overschrijving van het totale bedrag op onderstaande rekening met vermelding "Van Gogh - 04/09/2016" :

 

Bookings will only be effective after the bank transfer of the total amount into the following account with communication "Van Gogh - 04/09/2016" :

 

BORIGINES

Compte / Rekening / Account : 377-0567894-93

BIC : BBRUBEBB - IBAN : BE98377056789493

 

 

 

 

Rino Noviello - _1000957

 photo Rino Noviello

 

 


 

 

Album

 

11 - Ruelle Baronnette - 20130509_62

+Wasmes, Ruelle Baronette

 

37 - Chemin de Messe - 20130509_88

Wasmes, Chemin de Messe é Marcasse

52 - Marcasse

Wasmes, Marcasse

 

72 - Terril du 6 - Hornu-Wasmes - sommet - groupe Klasse

Wasmes, sommet terril no. 6 Hornu & Wasmes

 

73 - Terril du 6 - Hornu-Wasmes - panorama

Panorama terril no. 6 Hornu & Wasmes

 

Sauwartan - 20130106_05

Dour, Sauwartan

 

 

Rino Noviello - _1000931

 

photo Rino Noviello

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


23 août 2016

23-08-2016 : Unexpected visit from Tokyo !

 

Mardi 23 août 2016 / Dinsdag 23 augustus 2016 / Tuesday, 23 August 2016

 

Visitors from Tokyo - 2016-08-23 - P8231886

 

Deux visiteurs inattendus à Marcasse !

Comme quoi cet ancien charbonnage continue à passionner des gens du bout du monde !

 

Twee onverwachte bezoekers in Marcasse.

Deze oude steenkolenmijn blijft mensen uit de hele wereld boeien !

 

Two unexpected visitors at Marcasse.

This former coal mine keeps fascinating people all around the world !!

 

Visitors from Tokyo - 2016-08-23 - P8231887

 

 

Posté par DEFI66 à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 août 2016

"Je suis fier d’avoir été dans les bras de Kirk Douglas"- interview de Jean-Pierre Bertiaux

 

 

 

 

 

Lust for life – La Vie Passionnée de Vincent Van Gogh

Interview de Jean-Pierre Bertiaux

 

Réalisée par Rino Noviello et Filip Depuydt

Hornu, le 20 juin 2013

 

 

 Panneau_10____La_Vie_Passionn_e_de_Vincent_Van_Gogh___affiche

 

 

« Je suis fier d’avoir été

dans les bras

de Kirk Douglas ! »


 

Rino Noviello : Quel âge avez-vous ?

Jean-Pierre Bertiaux : Je vais avoir 69 ans le 8 janvier.  Je suis né en 1945. 

RN : Quel âge aviez-vous lorsque vous étiez figurant pour le film ?

JPB : 10 ans.

 RN : Comment cela s’est-il passé ?  On vous a contacté ?

JPB : Je vais vous expliquer.  J’étais chez moi en train de faire mes devoirs.  Soudain, ma maman me dit : « Jean-Pierre, viens.  Au charbonnage, il y a tout plein de gens.  Tous tes camarades sont là ».  Et je suis parti.  Il y avait des cercles d’hommes, des cercles de femmes, des cercles d’enfants. 

Il y avait un homme qui passait et qui distribuait des petites plaquettes  en disant : « Attention !  Ne la perdez pas.  Demain, à 8 heures, tu viens avec ta plaquette ».  

Donc, le lendemain, tous les gens qui avaient reçu une plaquette et le type nous donnait des vêtements : des vêtements de ce temps-là.

 Tous les jours, c’était la même chose.  A 16 heures, on devait aller rendre la plaquette, et on nous payait.  Directement, ils nous payaient ; je ne me souviens plus si c’était 20 francs par jour.  Et à 17 heures, on faisait encore des farandoles.  Et le type passait encore pour distribuer des plaquettes aux gens.  Donc, tous les soirs, il choisissait des figurants.

Cela a duré 15 jours comme ça.

Un jour, ma maman était avec moi et elle faisait : « Demain, il ne saura pas venir parce qu’il va au coiffeur ». 

Le type lui répond : « Mais Madame, laissez-le venir !  Vous ne voyez pas que, avec les cheveux qu’il a, il fait très misérable.  Madame, il vaut mieux ainsi !  Pour nous-autres, c’est plus intéressant qu’il ait l’air misérable ».  

Je ne sais pas s’il a sorti un billet de 5 francs ou quelque chose, mais Il a pris ma maman pour l’empêcher de m’envoyer  chez le coiffeur et de retourner avec lui ! 

 

 

RN : Le système des plaquettes en question servait à sélectionner les figurants ?

JPB : Tous les jours, ils choisissaient les  gens et ils les payaient dès qu’ils avaient rapporté les plaquettes.  Et après, ils faisaient une nouvelle sélection et recommençaient.

 


RN : Combien de séquences avez-vous tournées ?

JPB : J’en ai tourné beaucoup, avec tous les autres enfants bien sûr, mais  j’ai tourné les deux principales.  Je vais vous expliquer comment :

Il y a un homme qui crie après moi.   Il me dit : « Quel âge est-ce que tu as ? ».  J’ai dit : « 10 ans ».  Bon, il me donne un casque, une lampe de mineur et une petite pelle.  A 10 mètres, il y avait un trou.  Il me fait descendre dans le trou.  Dans ce trou on avait installé une petite lampe.  Le type me dit : « Quand la lampe s’allume, tu remontes du trou». 

Donc, j’attendais dans le trou et quand la lampe s’allumait, hup,  je suis remonté.  Il m’avait dit : «  Quand tu remontes, tu viens vers moi ».  Si vous voulez, c’était comme si j’avais fini ma journée et devais rendre mes   outils.  Ce que je ne savais pas, on me l’a dit après, c’est que Kirk Douglas se trouvait sur le côté, et il me regardait sortir du trou.   Et quand je suis arrivé près de l’homme à qui je devais rende mon matériel, c’est à ce moment-là que Kirk Douglas fait : « Quel âge a ce garçon-là ?»   Ca, on l’entend dans le film.  Alors, le type lui répond : « 10 ans ».  C’était la première fois que j’étais avec lui. 

 

 

Frameries - Catastrophe de l'Agrappe 1879 - dessin 

 

Après, à la deuxième partie, j’ai fait encore plus beau.  C’est quand je suis tué dans le coup de grisou.  Ecoutez, je suis  sur le terril à Wasmes qu’on avait bien nettoyé.  Il y avait toutes des femmes et tous des enfants, et on cassait la gaillette.  On est sur le terril quand, tout d’un coup, on entend la sirène qui retentit pour annoncer le coup de grisou.  Toutes les femmes descendent en courant, les enfants aussi, pour se rendre, en courant, au charbonnage.  Quand on arrive dans le charbonnage, on entre dans une grande salle avec tous des types maquillés ; des morts et des enfants et tout ça...  Et il y a un type qui dit : « Toi, tu viens ici avec ton camarade », et il nous   prend tous les deux par le bras.  Puis, Kirk Douglas arrive, me prend dans ces bras et il va me déposer sur une table.  Puis, il prend quelque chose comme un manteau et me recouvre.   

Une coïncidence énorme : l’enfant qu’il prend dans les bras, mort, c’est justement l’enfant à qui il avait demandé : « Quel âge a cet enfant-là ? ».  Il n’aurait pas su savoir que c’était moi, car quand l’homme est arrivé avec les deux enfants, il nous penchait et n’aurait pas su me reconnaître.  C’est une coïncidence incroyable !

 

Il m’allonge donc sur une table, on met quelque chose sur moi et, tout d’un coup, il rentre un type dans la salle… il hurlait à mort !!  D’après le maquillage, il était tout brûlé.  Moi, j’étais sous le manteau ; je ne m’attendais pas à ça, et je bougeais.

Alors le type me dit : « Tu ne peux pas bouger, tu es mort ! »  On a dû refaire la scène 3 à 4 fois. Une fois, il y avait trop de lumière, une fois on tousse, … 

 

Un petit peu après, il vient et me dit : « Tu sais retenir ta respiration ? »   Je lui dis : « Bien oui… ».   Il me dit : « Essaie ».    Et c’était bien.

Puis il dit : « on va venir tout près de toi et je vais te mettre sur la table sans que tu bouges.  Je vais tenir ta cheville, et quand je vais appuyer, tu arrêtes ta respiration ».   Donc, je suis couché, on appuie sur ma cheville et me retire la veste.   C’est alors que je suis filmé.  Et quand on a fini de filmer, on rappuie sur ma cheville, et je peux de nouveau respirer. 

 

Le soir, on se promenait dans les rues où l’on avait nettoyé toutes les rigoles. On avait nettoyé les rigoles à l’aube, bien propre, pour montrer qu’à ce moment-là les enfants jouaient à billes dans les rigoles. 

 

On allait à Wasmes, où il y avait un cinéma ; maintenant on en a fait un home pour les vieux.  On se promenait un peu partout. Les enfants en profitaient pour aller voir un peu par ci, par là. J’ai vu des enfants plus petits que moi encore, et peut-être du même âge, monter dans la gayole. Et la gayole ne descendait peut-être que cinquante centimètres, mais il y en a qui ont hurlé.  Ils avaient peur, bien sûr.  Ceux-là, on leur a dit de se taire.  Il y en a un, il n’arrêtait pas de crier; on l’a fait sortir.  Dans le film, on voit que tous les enfants descendent dans la gayole.

Mais moi, on ne m’a pas fait descendre. Comme je devais être tué dans le coup de grisou,  on ne pouvait pas voir que je descende. Et puis remonte   

 

Et des pellicules de film : des tas comme une maison que j’ai vu brûler !  Je me disais à moi-même : « Ca ne m’étonne pas qu’un film coûte si cher ! »  Et je n’avais encore que 10 ans…

 

Par contre, les adultes, je n’ai pas toujours vu ce qu’ils faisaient, mais ils étaient payés plus que nous-autres. 

 

RN : Alors, vous me disiez que vous étiez fier d’avoir rencontré Kirk Douglas ? 

JPB : Ah oui. De l’avoir vu et surtout  d’avoir été dans ces bras. 

On m’avait dit qu’on tournait un  film avec Kirk Douglas.  J’avais 10 ans, donc je ne le connaissais pas. Mais quand j’ai vieilli, j’ai appris à le connaitre, et c’était un honneur extraordinaire !  J’étais fier.  Je le racontais à tout le monde, mais beaucoup de personnes ne me croyaient pas.  On disait : « Celui-là, c’est un menteur, et si et la.  Mais heureusement, il y en avait quand-même qui s’en souvenaient ! 

 

Hornu - Charbonnage 4 Hornu-Wasmes carte ancienne

 

 

RN : Connaissez-vous  d’autres personnes de la région qui avaient votre âge ?   

JPB : Non, parce que un an après le tournage, mes parents ont déménagé et je ne voyais plus mes camarades du charbonnage 4, actuellement la Cité Van Gogh, à part peut-être un ou deux. 

 

’ailleurs, je ne savais même pas qu’on allait déménager.  J’étais parti à la mer, au « Lys Rouge » à Coxyde.  Et quand je suis descendu du bus en rentrant, ma mère me dit : « Nous n’habitons plus au « Quatre », mais au « Bas Courtils » ».   Je ne savais même pas où cela se trouvait…

Il y a tout de même un camarade qui a récemment été malade et que ma femme et moi sommes allés rendre visite.  Alors, on a parlé un peu de nos souvenirs du tournage avec Kirk Douglas.

 

RN : Kirk Doublas.  Comment était-il ?

JPB : Oh.  Je ne sais plus vraiment vous dire…

RN : Est-ce qu’il était sympa ?

JPB : Je ne sais pas, moi.  Je n’ai jamais eu un mot avec lui.  J’étais enfant.  Il ne m’a jamais adressé la parole.  Je ne lui ai jamais parlé.  Je faisais les scènes qu’on me disait de faire, et c’était tout.

Quand il me prend dans ses bras et me dépose sur une  table sans dire un mot.   De toute façon, j’étais mort.  Il n’allait pas parler à un mort !

 

RN : Est-ce qu’il était difficile de jouer cette scène-là ?

JPB : Bah non.  Il n’y qu’une chose, quand je reçois mon casque et ma lampe de mineur, ils me l’ont fait recommencer cinq, six fois.  Et le type, qui m’avait demandé mon âge et me donné mes outils, me dit : «  Tu sais, pour que ce soit plus vrai, il faut que tu sois un peu fatigué là.  Tu as travaillé toute la journée; quand tu montes avec tous tes outils, il faut que tu sois épuisé ».

Mais ce n’est pas facile quand on n’a que 10 ans.  …

Alors, ils me l’ont fait refaire une dizaine de fois. Je descendais et je remontais  dans le trou.  Ils m’épuisaient un peu à la fois.  Et après une dizaine de fois, je commençais à le sentir. Et cela lui a plu comme ça.

 

RN : Donc, ils ont fait exprès de vous épuiser ? 

JPB : Bah, exprès. .. Il l’ont fait deux, trois fois, remonter pour dire que j’avais été travailler, et pas à la ducasse !

 

RN : Et, est-ce qu’on vous avait maquillé ?

JPB : Non.

RN : Et au niveau des vêtements ?

JPB : C’étaient un court short, une blouse, un faux  châle, …  Des vêtements que mettaient les enfants qui descendaient au fond, qui descendaient travailler au charbonnage. 

 

RN : Tout ça était fourni par l’équipe de cinéma ?

JPB : Ah oui.  Et quand la journée était finie, on devait rendre les outils, toutes les affaires qu’on avait eus.  Après, on rendait notre plaque. Le matin, on devait être là à 8 heures, et on recevait le nécessaire pour les scènes qu’on devait faire. 

Des enfants jouaient dans les rigoles. Il y a beaucoup d’enfants que je n’ai pas vu faire, parce que j’étais occupé à autre chose.  On tournait à plusieurs endroits.

 


RN : Est-ce que vous vous souvenez du matériel qu’il y avait pour le tournage ?  Y avait-il des micros, des caméras ?  Beaucoup de gens ? 

JPB : Je me souviens qu’il y avait un grand escalier et  un homme au-dessus avec un appareil avec lequel il filmait.  Et à chaque fois, il y avait un homme qui criait : « Silence, on tourne ! ».  Alors, on ne pouvait plus parler.

 

panneau_10___Tournage_film_1956___2


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RN : Il le disait en français ou en anglais ?

JPB : En Français.  C’était tous des Belges qui étaient là.

Alors un jour, quand on est revenu de Wasmes, on est arrivé sur la place et il n’y avait  plus rien. On aurait cru qu’il ne s’était rien passé au 4.  Ils étaient déjà tous  partis.  Alors, on a appris qu’ils étaient partis en Hollande, et que sa vie de peintre, donc de Vincent Van Gogh, commençait là en Hollande.   Et l’actrice, la jeune femme qui était là, devant sa femme.  Il parait qu’elle devient sa femme dans le film.

 

RN : Est-ce que vous vous souvenez de Kirk Douglas physiquement ?  Comment était-il ? Il était grand… ?

JPB : Pour moi, il était assez naturel;  pas plus grand, pas plus petit, pas plus  costaud.  C’était un homme normal, allez.  Pour moi.

 

RN : Avez-vous revu le film après ? 

JPB : Je l’ai vu des années et des années après.  Mais il y avait beaucoup de passages que j’avais faits, mais  pas vus dans le film.  Bien sur, le passage dont je me rappelle, c’est quand Kirk Douglas me demande : « Il a quel âge, cet enfant ? ».  Et le type lui répond : « 10ans ».  Ça, je me rappelle bien. Ça, je me le rappelle vraiment.

Et quand je remonte du trou, je me souviens aussi, et quand il me prend dans les bras et me dépose sur la table.  Je le vois encore très bien; je ne vois pas son visage, mais je vois très bien qu’il me prend dans ses bras et qu’il me dépose.  Je crois que c’était un vieux manteau ou quelque chose qu’il pose sur moi.   Puis, un type qui vient et me dit que je devais retenir ma respiration.  On m’a filmé et quand ils me filmaient, on ne pouvait pas voir que je respirais.   

 

Ce sont toutes de chose dont je me souviens.  J’étais jeune, j’avais 10 ans.

C’est plutôt après, en grandissant, que certains détails me sont revenus ; on a dit ça, on m’a fait faire ça …   Quand on a10 ans, on ne se le rappelle pas.

 

RN : Vous aviez des copains avec vous sur le tournage ?

JPB : Ah oui.  Il y avait tous les copains de la cité : au moins 40 à 50 enfants.  C’était une cité ouvrière.  C’était tous des mineurs qui y habitaient.  Toutes des familles avec 4 à 5 enfants.  Donc, des enfants, il y avait tout plein dans tous les coins !  Depuis, beaucoup de camarades se sont mariés et sont partis habiter ailleurs.  Beaucoup sont décédés.    Si nous étions restés habiter là-bas, j’aurais continué à habiter avec eux.  Mais du fait que mes parents sont venus habiter ici, au Bas Courtils, je n’ai plus revu ces enfants-là.  J’étais trop jeune pour y aller tout seul.

 

Tournage_Film_Minelli___Mineurs_figurants 

 

RN : Avec ces 40 enfants sur le plateau, il devait y avoir de l’ambiance, non ?

JPB : C'est-à-dire qu’ils avaient distribué 40 cartons, mais les enfants partaient à différents endroits.  Il y en avait 20 qui étaient partis d’un côté, 10  de l’autre ou 5 encore ailleurs.  On ne restait pas tous les 40 enfants ensemble.  Et comme j’étais parti dans un coin, je ne voyais pas ce qui passait dans un autre.

 

RN : Et quand vous deviez jouer les scènes, y avait-il des moments d’attente ?  Y avait-il des moments morts pour préparer le matériel ?

JPB : C'est-à-dire que j’étais avec un groupe d’enfants,  et on regardait d’autres enfants qui devaient monter dans la gayole pour descendre dans le trou.  C’était pour montrer que les enfants descendaient dans le fond. 

J’étais là, et un type me dit : « Toi, tu viens ici ». 

C’est lui qui m’a demandé mon âge et qui m’a donné le matériel.   Pour moi, tout était déjà prêt pour tourner là scène.  Ils ont choisi un enfant ainsi.  Ca pouvait être moi ou n’importe qui.

 

RN : C’est  donc le hasard qui a joué ?

JPB : Oui.  Bien que, ce qui a toujours frappé dans ma tête, une coïncidence, c’est que justement, il prend un enfant dans ses bras qui a été tué dans le coup de grisou, et c’est justement le même enfant pour lequel il demande l’âge qu’il a.  Je me demandais s’il se rappelait de moi, mais il n’aurait pas su me reconnaitre, car j’avais la tête penchée.  Il n’aurait pas su voir mon visage.  C’est vraiment une coïncidence à 100% !

 

RN : Ah oui, c’est une belle coïncidence.  Est-ce que vous vous souvenez comment cela s’est passé quand l’équipe de tournage est arrivée à la cite du 4 ?  Est-ce qu’il y avait de l’ambiance ?  Est-ce que les gens en parlaient ? 

JPB : Bien sûr.  Les gens en parlaient beaucoup !  Autour du 4, tout le monde en parlait.  Vous vous rendez bien compte : un film américain avec Kirk Douglas à Hornu !  C’était un événement extraordinaire !  On en parlait presque toujours. 

 

panneau_10___Tournage_film_1956___1 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RN : Combien de temps sont-ils restés ?

JPB : Oh, une semaine à quinze jours, je crois. 

Le dernier jour qu’ils ont  tourné, c’était à l’église de Petit-Wasmes, à la Maison du Peuple, à côté de l’église de petit-Wasmes.  Après, quand ils sont revenus, le lendemain matin il n’y avait plus rien.  Ils ont démarré pendant la nuit certainement.  Il n’y avait plus aucune trace.

Ils y avaient fait comme une sorte de galerie où, je m’en souviens très bien, un figurant était couché à plat ventre.  C’était fait en surface, creusé dans le sol,  pour montrer comment le travail se passait dans le fond, dans le charbonnage.

 

RN : Dans l’équipe de cinéma autour, est-ce que vous avez entendu  des personnes des Etats-Unis ?  Ils parlaient l’anglais ?  Avez-vous vu le réalisateur ?

JPB : Non.  C’était toujours le même homme qui s’occupait de moi.  C’est lui aussi qui nous donnait les tickets et qui nous disait : « Ne le perds pas, hein ! ».

On rendait les tickets, on nous payait.  C’était la preuve comme quoi on avait été figurant.  Les gens  devaient se mettre en rang de cercle, et on nous donnait de nouveaux tickets.  

Il y avait des personnes qui ne sont passés qu’une seule fois, d’autres deux à trois jours.

 

RN : Et combien est-ce qu’on vous payait ?

JPB : Sincèrement, je ne saurais plus vous dire.  Vingt francs peut-être…  Mais en ce temps-là, vingt francs, c’était beaucoup.

Je suppose que les enfants recevaient 20 francs et les adultes c’était 50 francs.  A ce moment-là.

 

RN : Cela mettait donc du beurre dans les épinards ?

JPB : Ah oui.  Et j’ai une sœur qui avait joué aussi. 


RN : Ah bon ?  Dans le même film ?

JPB : Oui. 

RN : Et quelles scènes a-t-elle joué ?

JPB : Elle était ici dans les rues et pendant que les enfants jouaient à billes, on m’a dit qu’elle avait été sur le dos de Kirk Douglas.  Elle l’a raconté plusieurs fois.  Mais, je ne l’ai pas vu car j’étais d’un autre côté.  Il était gentil avec les enfants. Je ne l’ai jamais vu dire à un enfant : « Va-t-en » ou n’importe quoi.  Oh non !  Bien sûr, il ne fallait pas arriver et sauter sur lui ! 

 

RN : Quand on vous a proposé de tourner, étiez-vous stressés ?  Cela vous a amusé ?  Comment est-ce qu’on vit ça en tant qu’enfant ?

JPB : C’était surtout un honneur.  Je ne me rendais pas vraiment compte.  On était avec tous les enfants.   Qu’est-ce qu’on doit faire ?  Et c’est un peu à la fois qu’on nous apprenait.

 

 

 

RN : Pour en revenir à la scène avec le mort.  C’est amusant la façon dont vous expliquez cette scène-là.  Quand monsieur vous prévient de faire attention quand il appuie sur votre cheville. .. 

JPB : Il me demande si  je sais retenir ma respiration.  Ben oui.  On va essayer.  La première fois, j’essaie.

Il me dit : « On va venir, et je vais me mettre au bout de la table.  Sans qu’on le voit, je vais appuyer. 

 « La première fois que j’appuie sur ta cheville, tu arrêtes ta respiration ».  Donc, il appuie sur ma cheville et j’arrête ma respiration.   On me met le manteau, on prend la caméra, on est en train de me filmer.  Ca ne dure pas longtemps ; 2 à 3  secondes qu’ils me filment.  Puis, ils s’en vont et ils appuient de nouveau sur ma cheville pour dire que c’est tout.  Et c’est fini.

 

RN : Vous vous souvenez à quoi ressemblait la caméra qui vous a filmé ?   Elle était petite ou grande ?

JPB : Sincèrement, quand ils m’ont tiré le manteau et quand ils m’ont fait comprendre que je ne pouvais plus respirer, je ne pouvais pas avoir les yeux ouverts ; j’étais mort.  Alors, je n’aurais su rien voir, hein.  J’étais mort et ne pouvais plus respirer.  Je ne pouvais donc pas ouvrir les yeux et regarder ce qui se passait…  Non, non.  J’ai su qu’on prenait une caméra et qu’on me filmait, mais je ne pouvais pas regarder.  Rien du tout.

 

Van_Gogh_grille_Ch_teau_De_Gorge

 

 

RN : Est-ce qu’il y avait des éclairages ?  Des spots pour éclairer la scène ?

JPB : Ecoutez, c’était une salle aussi grande que la place ici plus loin.  Il y avait des tables, des gens qui étaient déjà morts, tous maquillés.  A part moi, il y avait encore 4 ou 5 enfants qui avaient été tués dans le coup de grisou aussi. 

 

RN : Est-ce que vous avez encore fait du cinéma par la suite ?

JPB : Non, c’était l’unique fois !  Je n’ai plus jamais fait du cinéma.

Pourquoi j’ai été méchant, c’est quand on est allé voir ma photo chez le photographe. Des pleurs !  

C’était pour croire qu’on m’avait tout volé !  Mes parents avaient été voir avant pour en avoir deux, trois, mais ils vendaient ça à un prix !!!  On était dix enfants nous-autres, et mes parents n’avaient certainement pas les moyens pour acheter des photos ainsi. 

Il y avait les photos de toutes les scènes.  J’ai donc vu chaque scène à laquelle j’avais participée, mais aussi les autres dans lesquelles je n’avais rien à voir. 

 

RN : Y a-t-il des choses amusantes qui se sont passées durant le tournage ?  Avez-vous entendu des anecdotes un peu particulières ?

JPB : Ecoutez.  On avait fait rentrer tout le monde dans la grande salle de la Maison du Peuple de Petit-Wasmes.  Comme j’allais rentrer dans la salle, un type est arrivé en me disant que je ne pouvais pas rentrer.  On ne pouvait pas me voir, puisque j’étais mort dans une scène précédente.  On me laisse donc à la porte.  Mais j’étais tout seul à la porte …

De l’autre côté, juste à côté de l’église se trouvait une caravane.  A 10 ans, je n’avais jamais vu une caravane ainsi.  Pour moi, c’était un château ! 

 Il y avait une femme, je suppose une jeune fille, une femme, jeune, frêle, bien belle, qui me fait signe.  Elle ouvre la caravane et m’y fait monter.  Elle me demande ce que je fais là.  Alors, je lui explique que je ne peux pas rentrer dans la Maison du Peuple à cause de la scène avec le coup de grisou.  Alors, elle m’apporte une orange et une banane, que j’ai mangées là dans la caravane avec elle.  Cela a duré le temps que tout le monde ressortent de la  Maison du Peuple.

Plus tard, j’ai appris que c’était l’actrice qui deviendrait sa femme en Hollande.  D’Hornu, ils sont partis en Hollande où commence sa vie de peintre.  Il y rencontre cette femme-ci et elle devient sa femme. 

 

 

Pamela Brown

 


RN : Est-ce que vous vous souvenez de la scène qu’on a tournée dans la Maison du Peuple ?

JPB : Non  Il parait qu’ils étaient tous là et que des personnes ont parlé, ont discuté, je ne l’ai jamais vraiment su. 

 

RN : Est-ce qu’on vous a offert une place de cinéma pour aller voir le film ?

JPB : Non.   Je l’ai simplement vu ici à la télévision. 

RN : Combien de temps après ?

JPB : C’est bien plus tard, quand mes parents avaient su acheter leur première télévision.  

Et je me souviens très bien quand j’entendais dans film : « Quel âge a cet enfant ? », que j’ai dit : « Ca, c’est moi !! ».

Mais quand je remontais de la fosse, je ne me suis même pas reconnu.

 

RN : Votre sœur était plus jeune que vous ?

JPB : Oui, on a quasiment le même âge ; elle a un an et huit jours de moins que moi.  Pendant 8 jours, on a le même âge.

 

FD : Comme vous avez été dans les bras de Kirk Douglas, est-ce que vous avez continué à suivre un peu sa carrière ?  Avez-vous vu ses autres films ?   

JPB : Ohlala !  On ne pouvait pas passer un film avec Kirk Douglas que je n’étais pas là !  Vous comprenez bien que j’étais sot de le voir !  Que ce soit n’importe quel film.  On va en montrer un maintenant, je vais encore écouter car je ne vois plus très bien.  Malheureusement, je ne le verrais plus, mais j’entends sa voix et je sais qu’il est là.  Ma femme dit : « Regarde, c’est Kirk Douglas ». 

A partir de ce jour-là, je l’aime énormément.  Si on me demande quel est mon acteur préféré au monde, c’est Kirk Douglas !  Oh oui.  D’ailleurs, il y a certaines scènes qui m’ont tellement marquées que je ne les oublierai jamais !

 

RN : Parmi les films que vous avez vus ensuite, y en a-t-il un que vous aimez particulièrement ?

JPB : Ah oui.  Il y a beaucoup de ses films que j’adore…  Avec les gladiateurs : Ben Hur.

Il faut savoir que j’ai été gravement malade.  Mon cerveau s’est arrêté pendant six semaines (encéphalite). J’étais couché ici et 6 semaines après je me suis réveillé à la clinique.  Je ne connaissais plus ma femme, plus mes enfants, mes parents.  Je ne savais même plus comment je m’appelais.  Le cœur continuait à battre, mais c’est le cerveau qui s’était arrêté.  Carrément.  Alors, j’ai perdu beaucoup beaucoup de ma mémoire.

 

RN : Quelle était votre profession ?

JPB : J’ai travaillé à l’âge de 15 ans dans la faïencerie de Thulin, pour 8,90 francs de l’heure.  Quand je suis rentré la première fois avec ma semaine, j’ai tout mis sur la table en pensant que j’avais gagné des millions.  Peu importe.  J’y ai travaillé pendant 8 ans.

Après, je suis parti travailler dans une usine à tubes à Jemappes, où je suis resté 15 ans. 

J’étais mis au chômage au mois de juin. Mon préavis allait jusqu’au mois de juillet, le mois d’août mon congé payé, et j’ai commencé à pointer le 1er septembre.  Un mois et demi après je suis tombé malade. 

 

 

Hornu, le 20 juin 2013

 

 

 


 

 

Sud Presse

 

 

Kirk Douglas et les Borains

 

<P>Kirk Douglas sur un terril borain et sur les traces de Vincent Van Gogh. <CREDIT> Reprod. archives famille hardy</CREDIT> </P>

Kirk Douglas sur un terril borain et sur les traces de Vincent Van Gogh. Reprod. archives famille hardy

 

n.c.

 

 

Hornu-Wasmes charbonnage

 

En 1955, il a tourné Van Gogh sur nos terrils: Paul Hardy était le photographe de plateau

 

En empruntant l’axiale boraine, vous constaterez l’état de vétusté très avancé d’un imposant bâtiment de mine ayant appartenu au charbonnage d’Hornu-Wasmes, le numéro six pour être précis. Il offre toutefois une importante trace du passé, trace culturelle de toute façon. Et même cinématographique: un certain Kirk Douglas y a tourné, dans le rôle de Van Gogh.

 

Le peintre Vincent Van Gogh a vécu au Borinage entre décembre 1878 et octobre 1880, d’abord comme prêcheur à Petit-Wasmes, puis à Cuesmes, où il est la recherche de lui-même et d’une nouvelle vocation artistique.

 

En 1955, le réalisateur de cinéma Vincente Minelli débarque au studio Hardy à Wasmes. Il cherche un photographe de plateau pour les scènes qu’il compte tourner, dans le Borinage, pour le film sur Vincent Van Gogh, avec Kirk Douglas. Sur les terrils mais aussi sur le site du charbonnage d’Hornu-Wasmes.

 

Il a entendu parler du jeune photographe Paul Hardy et lui demande de travailler pour lui. Il a 22 ans, vient de terminer ses études de photos avec entre autres un stage au studio Haccourt à Paris. Et c’est pour lui une belle occasion de se faire connaître.

 

À 79 ans, Paul Hardy a pris du recul avec la photo et c’est donc sa fille Christine et son époux qui ont repris le négoce local. Avec une légère pointe de nostalgie, ils nous ont ouvert l’album de famille et surtout permis de reproduire quelques clichés pris par Paul Hardy. La gorge légèrement serrée , ils évoquent leurs souvenirs.

 

Lorsque papa évoquait ces moments que je n’ai pas connus, je suis née après, précise Christine, on sentait qu’il avait vécu des journées inoubliables qui l’ont marqué à vie. Encore maintenant il en parle. Il parle souvent de Kirk Douglas, un artiste très jovial et très accessible, tout comme du réalisateur qui a un jour débarqué à la maison demandant s’il était bien chez Paul Hardy et si papa voulait bien être photographe de plateau.

 

Son boulot consistait à faire des photos du tournage pendant la journée. Lorsqu’il rentrait, il développait ses films et ensuite la nuit il imprimait ses photos. ”

 

Celles-ci étaient présentées à Vincente Minelli le lendemain matin et une nouvelle journée commençait.

 

“ C’est clair que pour lui, cela a été un moment intense, magique, exceptionnel. Et lorsque l’occasion se présente de voir ce film, ben... cela nous fait toujours quelque chose!

 

Tournage Kirk Douglas - Photo Studio Hardy - sur le terril

Kirk Douglas sur un terril borain et sur les traces de Vincent Van Gogh. Reprod. archives famille hardy

 

Article de Pascal Tierce

 

 

 

Tournage Kirk Douglas - Photo Studio Hardy - préparation

 

 

 

 

Tournage Kirk Douglas - Photo Studio Hardy - vue depuis terril

 

 

 


 

 

Jean-Pierre Bertiaux (1955)

Film Kerk Douglas - photo Jean-Pierre Bertiaux 10 ans

 

 

 

 

 

   

           
                                           

                       

              23 septembre 1955 : l'heure de gloire d'un mineur de 10 ans            

           

                             

           
            Charbonnage 4 d'Hornu                                            
                     4 images                                                                                  Charbonnage 4
        
   
 

Aujourd'hui, alors que le tournage de "La Vie Passionnée de Vincent Van Gogh" se poursuit au charbonnage du Grand Hornu, nous vous proposons un témoignage exclusif et original: celui du petit Jean-Pierre Bertiaux, dix ans.

Il faut se rappeler qu'à l'époque de Van Gogh, il était courant pour les enfants de travailler dans la mine, et cette réalité avait profondément affecté le peintre. Le souci du réalisme a donc poussé Vincente Minnelli à recruter de nombreux enfants pour tourner les scènes belges de son film. Jean-Pierre est l'un d'eux, qui a eu la chance de partager deux scènes directement avec Kirk Douglas, hier et aujourd'hui.

                          Kirk Douglas dans la mine avec le petit Jean-Pierre Bertiaux                                                                                                                                Kirk Douglas dans la mine avec le petit Jean-Pierre Bertiaux  - © Archives Warner            
   

J'étais chez moi en train de faire mes devoirs quand ma mère me dit "Jean-Pierre, viens, on va au charbonnage, tous tes camarades sont là". Là-bas il y avait des cercles d'hommes, de femmes et d'enfants. Un type passait et distribuait des petites plaquettes en disant de ne pas les perdre et de revenir demain matin à huit heures. Et c'est ainsi que le lendemain, Jean-Pierre se retrouve acteur d'un jour. On est entrés dans les décors et on m'a fait descendre dans un trou. Là, on m'avait installé une petite lampe et un type me dit: "Quand la lampe s'allume, tu remontes et tu viens vers moi", comme si j'avais fini ma journée et que je devais rendre mon matériel. Ils m'ont fait répéter cette scène des dizaines de fois parce que, pour que ce soit plus vrai, il fallait que j'ai l'air fatigué! Au moment de tourner pour de bon, je passe devant Kirk Douglas et il demande "quel âge a ce garçon?" et on lui répond "dix ans", ce qui est aussi l'âge de Jean-Pierre dans la vraie vie.

                          Pour les besoins de cette scène, de nombreux figurants avaient été grimés de façon fort impressionnante comme s'ils venaient d'être gravement brûlés dans l'incident                                                                                                                                Pour les besoins de cette scène, de nombreux figurants avaient été grimés de façon fort impressionnante comme s'ils venaient d'être gravement brûlés dans l'incident  - © Archives Warner            
   
   

Mais c'est ce lundi que le petit Bertiaux a réellement connu son heure de gloire! On a tourné une autre scène, on était avec des femmes sur le terril de Wasmes et on cassait la gaillette. Tout d'un coup on entend une sirène et on doit tous courir pour rejoindre le charbonnage où il y a eu un coup de grisou. Pour les besoins de cette scène, de nombreux figurants avaient été grimés de façon fort impressionnante comme s'ils venaient d'être gravement brûlés dans l'incident. Une ingénieuse illusion à base de graisse, de papier à cigarette et de poudre de charbon. Mais il en fallait plus pour effrayer notre témoin du jour!

Le régisseur me dit "viens ici avec ton camarade" et soudain Kirk Douglas arrive et il me dit de faire le mort! Il me prend dans ses bras pour me déposer sur une table et mettre un manteau sur moi. C'est un hasard extraordinaire qu'il m'ait choisi alors que j'avais déjà joué dans la mine avec lui! J'étais sur la table et un type me dit: "tu ne peux pas bouger, tu es mort!". On a dû refaire la scène plusieurs fois. Une fois il y avait trop de lumière, une fois j'ai toussé.

Finalement Jean-Pierre et le régisseur de plateau mettent au point une technique pour que le garçon sache quand retenir sa respiration. Il m'a expliqué: la caméra va venir tout prêt de toi. Moi je vais te tenir la cheville et quand je vais appuyer, tu dois arrêter de respirer". Qui a dit que les grosses productions américaines ne pouvaient pas recourir aux méthodes les plus simples et artisanales?!

                          Toute l'équipe des figurants de la mine                                                                                                                                Toute l'équipe des figurants de la mine  - © Archives Warner            
   

 

Voir plus : http://www.rtbf.be/culture/cinema/detail_23-septembre-1955-l-heure-de-gloire-d-un-mineur-de-10-ans?id=9088071

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Pierre Bertiaux (2013)

(8 janvier 1945 - 25 octobre 2015)

Film Kerk Douglas - photo Jean-Pierre Bertiaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08 août 2016

06-08-2016 - a great day in the Borinage : le Beau Vélo de RAVeL !!

 

 

Le Beau Vélo de RAVeL 

Boussu - Colfontaine

Site du Grand-Hornu

 

logo beau Vélo

 

8000 cyclistes découvrent la région du Borinage à 2 roues !

 

8000 fietsers ontdekken de Borinage op 2 wielen !

 

8000 cyclists discover the Borinage on 2 wheels !

 

 

Reportage RTBF :

http://www.rtbf.be/auvio/detail_le-beau-velo-de-ravel?id=2132034

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "logo beau vélo de ravel"

 

13 juillet 2016

Publication : Vincent qu'on assassine (Marianne Jaeglé)

 

 

logo_Gallimard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marianne Jaeglé

Vincent qu'on assassine

 

Collection L'Arpenteur, Gallimard

Parution : 22-04-2016

Auvers-sur-Oise, juillet 1890.
Vincent Van Gogh revient du champ où il est allé peindre, titubant, blessé à mort. Il n’a pas tenté de se suicider, comme on le croit d’ordinaire. On lui a tiré dessus.
Inspiré par les conclusions des historiens Steven Naifeh et Gregory White Smith, ce roman retrace dans un style épuré les deux dernières années de la vie du peintre et interroge sa fin tragique.
Qui est responsable de sa mort? Pourquoi l’a-t-on tué? Comment la légende du suicide a-t-elle pu perdurer cent vingt années durant?
En montrant Vincent Van Gogh aux prises avec son temps, avec ceux qui l’entourent et avec la création, le roman rend justice à un homme d'exception que son époque a condamné à mort.

320 pages, 130 x 215 mm
Achevé d'imprimer : 01-04-2016

Genre : Romans et récits Catégorie > Sous-catégorie : Littérature française > Romans et récits
Époque : XXIe siècle
ISBN : 9782070179657 - Gencode : 9782070179657 - Code distributeur : A17965

Prix

20,00 €

Disponible au format numérique

 

Info : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/L-Arpenteur/Vincent-

qu-on-assassine

 

 

 

Vincent qu'on assassine 001

 

04 juillet 2016

Le Borinage : Eté 2016 / Zomer 2016 / Summer 2016

 

 

 

 Cet été : plusieurs occasions pour découvrir le Borinage à vélo ou à pied !

 

Deze zomer : meerdere mogelijkheden om de Borinage met de fiets of te voet te ontdekken !

 

This Summer : several opportunities to discover the Borinage by bike or on foot !

 

 

logo Visit Mons vélo imagesV0EPQXV8

 

 

 

 

 

 

 

Photo Visit Mons

10/07 : Voyage vers le futur (Mons – Frameries)

http://www.visitmons.be/mode-design#!/balade-a-velo-frameries-voyages-vers-le-futur-944247

 

 


 

 

 

Grand-Hornu oct 2010 - Ecuries arrière - ruïne

 

 

 

 

 

 

 

Photo Dominique Mailleux

17/07 : A vélo pour une expo  (Grand-Hornu)

http://www.cid-grand-hornu.be/fr/actualites/A_velo_pour_une_expo____/164/

 

 


 

 

 

logo Beau Vélo

 

 

 

 

 

 

 

06/08 : Beau Vélo de RAVeL Boussu – Colfontaine  (Grand-Hornu)

http://www.rtbf.be/vivacite/emissions/detail_le-beau-velo-de-ravel/accueil/article_saison-2016-du-beau-velo-de-ravel?id=9202830&programId=23

 

 


 

 

37 - Chemin de Messe - 20130509_88

 

 

 

 

 

 

 

 

photo Filip Depuydt

04/09 : Promenade sur les traces de Vincent Van Gogh au Borinage (Wasmes)

http://vangoghborinage.canalblog.com/

 

 


 

 

 

logo Maison Van Gogh Wasmes images64A913F9

 

 

 

 

 

 

 

Photo Visit Mons

15/10 : Wallonie Bienvenue Colfontaine - Promenade Vincent Van Gogh (Colfontaine)

https://www.walloniebienvenue.be/ambassadeur.php?id_mem=12362

 

 

 

Rino Noviello - _1030242-Modifier-Modifier

 

 

 

 

 

 

 

photo Rino Noviello

 

15/10 & 16/10 : Wallonie Bienvenue Colfontaine - Le paysage borain de Vincent Van Gogh à nos jours (Colfontaine)

https://www.walloniebienvenue.be/ambassadeur.php?id_mem=12370