Vincent Van Gogh - "Mineur" parmi les mineurs au Borinage

19 octobre 2016

Vincent Van Gogh au Borinage : Promenades guidées / Guided walks / Geleide wandelingen




The Original Way to discover the Borinage !!!



11 - Ruelle Baronnette - lecture Teio Meedendorp








Dessin Van Gogh - les sclôneuses

Vincent Van Gogh, "Les Sclôneuses" (collectie : Kröller-Müller Museum)





Discover Vincent Van Gogh’s heritage places in the Borinage (Belgium).





Guided walking tours for groups in GB, NL, FR, DE, including stops at the Van Gogh House and the Marcasse coal mine in Wasmes. 

 Duration: ± 3 hours



107 - Rampe des Ecoliers




Découvrez le patrimoine de Vincent Van Gogh dans le Borinage (Belgique).


Promenades guidées pour groupes en GB, NL, FR, DE, avec des arrêts à la Maison Van Gogh et au charbonnage de Marcasse à Wasmes. 

 Durée: ± 3 heures




56 - Place Saint-Pierre





Ontdek het Vincent Van Gogh erfgoed  in de Borinage (België).


Geleide wandelingen voor groepen in GB, NL, FR, DE, met haltes aan het Van Gogh Huis en de Marcasse kolenmijn in Wasmes. 

Duur: ± 3 uur



173 - Terril du 6 Hornu-Wasmes - sommet





Entdecken Sie die Vincent Van Gogh Erbe in der Borinage (Belgien).


Geführte Wanderungen für Gruppen auf GB, NL, FR, DE, mit Besüche am Van Gogh Haus und am Marcasse Kohlenbergwerk in Wasmes. 

Dauer: ± 3 Stunden



15 - Chemin de Messe - 20130420_16



Info & Reservations



Frameries – Belgium


Tel : +32-(0)487-68 58 59





Très grande

dessin filip WE wasmes

Presqu'un Van Gogh - Almost a Van Gogh






 Reportage photos de Maison Roth-Pino - samedi 07/03/2015

Télé MB  :




18 octobre 2016

Vincent Van Gogh au Borinage - Histoire / History / Geschiedenis



Filip - Carte visite VVG


















Maison Denis - 2014-07-04 - P7046245



W O R K S 

I N  P R O C E S S


Pour une mise à jour régulière des travaux de rénovation de la "Maison Denis", consultez les photos dans l'album "Wasmes - Maison Van Gogh : Up-date Travaux / Works / Werken"


For a frequent up-date of the evolution of the renovation works of the "Maison Denis", please view album "Wasmes - Maison Van Gogh : Up-date Travaux / Works / Werken"


Voor een regelmatige up-date van de renovatiewerken aan het "Maison Denis", kunt u het foto-album ""Wasmes - Maison Van Gogh : Up-date Travaux / Works / Werken" bekijken.







Maison Denis 2011






"Have rented a small house where I’d really like to live entirely on my own, but which now serves only as a workplace or study, because Pa thinks it better that I board with Denis, and I do too. I have prints on the wall there and all sorts of things."


Address :

Vincent van Gogh

c/o Jean-Baptiste Denis

rue du Petit-Wasmes

Wasmes (Borinage, Hainaut)


Your loving brother


(Wasmes, 1879)








Renovation works are due to start in March 2014.

Des travaux de rénovation débuteront en mars 2014.

Herstellingswerken zullen aanvangen in maart 2014


With thanks to the/ avec les remerciements à / met dank aan

Fondation "Mons 2015" 

Mons 2015 logo










Marcasse 2007





"I went on a very interesting excursion not long ago; the fact is, I spent 6 hours in a mine.

In one of the oldest and most dangerous mines in the area no less, called Marcasse.

Going down in a mine is an unpleasant business, in a kind of basket or cage like a bucket in a well, but then a well 500-700 metres deep, so that down there, looking upward, the daylight appears to be about as big as a star in the sky."

Your loving brother


(Wasmes, 1879)


Marcasse - vue du terril

 "Marcasse" coal mine seen from the slag heap / Charbonnage de "Marcasse" vu du terril / "Marcasse" mijn vanop de steenberg





 Voor Nederlands, zie verder


Pour le français, voir plus bas.






Vincent Van Gogh's




in the Borinage !!!







Dear Visitor,

I assume there is no need to introduce the person of Vincent Van Gogh to you.  But did you know he spent almost 2 years of his life in the Belgian industrial region called Borinage (Dec. 1878 – Oct. 1880) ?  At first, he worked for 6 months as a preacher for the protestant community at Petit-Wasmes, giving comfort and assistance to the mineworkers and their families, and reading Bible texts to them.   After his rejection from the protestant church in June 1879, he came back to Cuesmes where he changed his mystic mission for an artistic one, before leaving for Holland and later on to France.

Nowadays, several facts and places of the Borinage remind of Vincent’s stay at the end of the 19th century.  Unfortunately, some of them are in a dramatic state and would need renovation works without delay.   The above pictures show the “Maison Denis” at Petit-Wasmes, where Vincent sojourned for about 6 months, as it is today.   If no action is undertaken shortly, the house is likely to collapse.

Taking into account that the nearby town of Mons will be European Cultural Capital in 2015, I set up a small exhibition in November 2010, in order to draw the attention of a large public and especially of the local authorities. It would indeed be great if this major cultural event could be the trigger for the saveguard of the house.  Let's hope it does !

The aim of my blog is to spread to as many people as possible the information about the horrible state of the “Maison Denis”.  I will keep it up to date regularly, and hope I can soon announce the rescue of this little “historic” house.  

The texts are in French, and based on the letters written by Vincent in the Borinage to his brother Theo.  You can find the original texts of these letters in Dutch or French, with the English translation and additional notes on the website :  Letters 149 to 152 were written in Wasmes (in Spring 1879), whereas numbers 153 to 158 were written in Cuesmes (between August 1879 and October 1880).

Texts are completed by old post cards and photographs in an attempt to give an approximate idea of the different locations, as Vincent may have seen them during his stay.  Do not hesitate to leave a comment or a reaction on this blog, or to transfer the info to your friends.  All support can help !

Finally, I would like to pay tribute to Mr. Jean Betieaux from Tertre.  This companion gave me a lot of support with the preparation of my exhibition : he provided me with rare documents and pictures, and put plenty of energy in proofreading the documents. His enthusiasm and emotion encouraged me to give the best of myself.  He was kind of my spiritual father in this adventure. Sadly, Mr. Bertieaux passed away on Wednesday, May 18th, 2011 at the age of 83 years. May his soul  rest in peace.

You can read some poems written by his spouse, Jacqueline Sentier, futher on this blog.

Yours faithfully,


Filip Depuydt, May 25th, 2011



 Pour le français, voir plus bas.




Ontdek het erfgoed van


Vincent Van Gogh


in de Borinage !!!





 Beste Bezoeker,

Ongetwijfeld hoef ik u de persoon van Vincent Van Gogh helemaal niet meer voor te stellen. Maar, wist u dat hij bijna 2 van zijn levensjaren heeft doorgebracht in het steenkoolmijnenbekken van de Borinage (dec. 1878 – okt. 1880) ?  Vooreerst als predikant voor de protestantse gemeenschap van Petit-Wasmes, waar hij steun gaf aan de mijnwerkersgezinnen, en hen ook voorlas uit de Bijbel.  Na zijn afwijzing door de protestantse kerk in juni 1879, keerde hij naar Cuesmes terug, waar hij zijn mystieke voor een artistieke roeping inruilde, alvorens naar Nederland en vervolgens naar Frankrijk te vertrekken.

Vandaag herinneren meerdere feiten en plaatsen in de Borinage aan Vincent’s verblijf, aan het einde van de 19de eeuw.  Jammergenoeg liggen enkele daarvan er in een bedroevende staat bij, en zijn dringend aan herstelling toe.  Bovenstaande foto’s tonen het “Maison Denis”, waar Vincent gedurende 6 maanden verbleef, zoals het er vandaag bij ligt.  Indien niet spoedig iets wordt ondernomen, dreigt het huisje in te storten.

Met in het achterhoofd houdend dat de naburige stad Mons (Bergen) in 2015 Culturele Hoofdstad van Europa wordt, heb ik in November 2010 een kleine tentoonstelling opgebouwd met de bedoeling de aandacht hieromtrent te wekken bij een breed publiek en vooral bij de plaatselijke overheden.

Hij zou inderdaad fantastisch zijn indien dit grootse culturele event het startschot zou zijn voor de redding van het huis..  Laat ons hopen dat het lukt !

De bedoeling van mijn blog is het zo wijd mogelijk versspreiden van de informatie over de gruwelijke staat van het “Maison Denis”.   Ik hou het up-to-date, en hoop binnenkort de redding van dit “historische” huisje te mogen aankondigen.

De teksten zijn in het Frans, en zijn gebaseerd op de brieven die Vincent in de Borinage schreef ter attentie van zijn broer Theo. 

U kunt de oorspronkelijke teksten van deze brieven in het Nederlands of het Frans, samen met de vertaling in het Engels en enkele bijkomnde nota’s, terugvinden op de website :  Brieven149 t.e.m. 152 werden (tijdens het voorjaar  van 1879) te Wasmes geschreven, terwijl de nummers 153 t.e.m. 158 (tussen augustus 1879 en oktober 1880) uit Vincent’s pen vloeiden te Cuesmes.

In een poging een benaderend beeld te scheppen van de verschillende plaatsen zoals Vincent die gedurende zijn verblijf moet hebben aangetroffen, worden deze teksten aangevuld met oude postkaarten en foto’s. Aarzel niet om uw opmerkingen of reacties over dit blog te posten, of het door te sturen naar uw vrienden.

Tenslotte wil ik nog een eerbetoon uitbrengen aan Dhr. Jean Bertieaux uit Tertre. Deze reisgezel heeft mij enorm geholpen bij de voorbereidingen van de tentoonstellin :. hij bezorgde mij zeldzame documenten en foto’s, en heeft heel wat energie gestoken in het nalezen van de documenten. Zijn enthousiasme en ontroering hebben mij aangemoedigd om het beste van mijzelf te geven.. In zekere zin was hij mijn geestelijke vader in dit avontuur.  Jammergenoeg heeft Dhr. Bertieaux ons op woensdag 18 mei 2011 op 83 jarige leeftijd verlaten. Moge zijn ziel in vrede rusten.

Verder op deze blog kunt u enkele gedichten van de hand van zijn echtgenote, Jacqueline Sentier,  lezen.

Vriendelijke groeten,

Filip Depuydt, Frameries, 25 mei 2011











le patrimoine de


Vincent Van Gogh


au Borinage !!!






Cher visiteur,

Il est sans doute totalement inutile de vous présenter le personnage de Vincent Van Gogh. Mais saviez-vous qu’il a passé près de deux ans de sa vie, dans le bassin houiller du Borinage (Décembre 1878 - Octobre 1880) ?  D'abord comme prêcheur dans la communauté protestante de Petit-Wasmes, où il venait en aide aux familles des mineurs et leur lisait des textes de la Bible. Après son rejet par l'Eglise protestante en Juin 1879, il est retourné à Cuesmes, où il a laissé une vocation mystique pour une vocation artistiques, avant de partir pour les Pays-Bas et puis la France.

Aujourd'hui, plusieurs faits et lieux au Borinage rappellent le séjour de Vincent à la fin du 19ème siècle.  Malheureusement, certains d'entre eux sont dans un état déplorable, et ont besoin de rénovations urgentes. Les photos ci-dessus montrent la « Maison Denis », où Vincent est resté pendant 6 mois, dans son état actuel.  Si rien n'est entrepris dans les plus brefs délais, la maison risque de s'effondrer.

Profitant du  fait que la ville voisine de Mons sera Capitale européenne de la culture en 2015, j'ai monté une petite exposition en Novembre 2010, dans le but d'éveiller l'intérêt à ce sujet auprès d’un large public et surtout auprès des autorités locales.

Ce serait effectivement fantastique, si cet événement culturel majeur pourrait être le coup de départ pour la sauvegarde de la maison.  Espérons que ça marche !

Ce blog a comme but la plus large diffusion possible des informations sur l'état atroce de la « Maison Denis ». Je la tiendrai à jour, et espère bientôt pouvoir annoncer la sauvegarde de cette maison « historique ».

Les textes, en français, sont basées sur les lettres que Vincent a écrites dans le Borinage à son frère Théo.  Vous trouverez les textes originaux de ces lettres, en néerlandais ou en français, avec la traduction en anglais et quelques notes complémentaires, sur le site internet :  Les lettres 149 à 152 ont été rédigées à Wasmes (dans la première moitié de l’année 1879), tandis que les lettres portant les numéros 153 à 158 ont été écrites à Cuesmes (entre août 1879 et octobre 1880).

Ces textes sont complétés par d'anciennes cartes postales et photos, dans une tentative de créer une image approximative des différents lieux, comme Vincent a dû les voir au cours de son séjour.  N’hésitez pas à poster vos commentaires ou suggestions sur ce blog, ou de le transmettre à vos amis.

Enfin, je voudrais rendre hommage à Monsieur Jean Bertieaux de Tertre.  Ce compagnon de route m'a énormément aidé à la préparation de l'exposition, en me  fournissant des documents et photographies rares, et en mettant beaucoup d'efforts dans la relecture des documents.  Son enthousiasme et son émotion m’ont encouragé à donner le meilleur de moi-même.  Il était, en quelque sorte, mon père spirituel dans cette aventure.   Malheureusement, Monsieur Bertieaux nous a quitté le mercredi 18 mai 2011 à l’âge de 83 ans.  Que son âme repose en paix.

Plus loin sur ce blog, vous verrez quelques poèmes écrits par son épouse, Jacqueline Sentier.

Sincères salutations,

Filip Depuydt, Frameries, le 25 mai 2011











Vincent Van Gogh –

Mineur parmi les mineurs au Borinage


Filip Depuydt,
novembre 2010




"…Il y a au sud de la Belgique, en Hainaut, dans les environs de Mons, jusqu’à la frontière française, même bien au-delà, une région appelée le Borinage où se trouve une drôle de population d’ouvriers qui travaillent dans les nombreux charbonnages. J’ai entre autres trouvé ceci à leur sujet dans un manuel de géographie :
Les Borains (habitants du Borinage, pays au Couchant de Mons) ne s’occupent que de l’extraction du charbon. C’est un spectacle imposant que celui de ces mines de houille ouvertes à 300 mètres sous terre, et où descend journellement une population ouvrière digne de nos égards et de nos sympathies. Le houilleur est un type particulier au Borinage; pour lui le jour n’existe pas, et sauf le dimanche, il ne jouit guère des rayons du soleil. Il travaille péniblement à la lueur d’une lampe dont la clarté est pâle et blafarde, dans une galerie étroite, le corps plié en deux, et parfois obligé de ramper ; il travaille pour arracher des entrailles de la terre cette substance minérale dont nous connaissons la grande utilité, il travaille enfin au milieu de mille dangers sans cesse renaissants mais le porion belge a un caractère heureux, il est habitué à ce genre de vie, et quand il se rend dans la fosse, le chapeau surmonté d’une petite lampe destinée à le guider dans les ténèbres, il se fie à son Dieu Qui voit son labeur et Qui le protège, lui, sa femme et ses enfants. Ses vêtements se composent d’un chapeau de cuir bouilli, d’une veste et d’un pantalon de toile». Le Borinage se situe donc au sud de Lessines où l’on retrouve les carrières de pierre. J’aimerais tant y aller comme évangéliste… »

(Extrait de la lettre 148 (NL) à Théo, Laken, 13-16 novembre 1878).




“M. le Président fait connaître la demande d’emploi de M. Van Gogh, fils d’un pasteur de Hollande et venu dans le Borinage dans le but d’y travailler. Il résulte de ce que disent MM. Pieterszen et Péron que ce jeune homme pieux, dévoué dur au travail, ferait un bon lecteur de la Bible et travaillerait utilement à ce titre, à Wasmes et à Warquignies. M. Péron propose de l’employer ainsi avec le sobre traitement de 600 francs. On fera un essai de 6 mois’”

(Bruxelles, Eglise protestante unie de Belgique, Bureau du Synode).








Chers Lecteurs,

Cet ouvrage constitue l’aboutissement de mon travail personnel pour le projet          « Devoir de Mémoire en Borinage », que la commune de Frameries a organisé en novembre 2010, à l’initiative de l’échevin de la Mémoire, M. Paul Bouvier. Le but de la manifestation est de commémorer des événements ou des faits qui ont marqué l’histoire de Frameries et la région du Borinage.

Ma réponse à l’appel aux initiatives s’est concrétisée par deux activités en rapport avec le séjour de Vincent Van Gogh au Borinage entre 1878 et 1880, plus particulièrement à Petit- Wasmes , en tant qu’évangéliste pour l’Eglise Protestante. L’homme est renommé partout dans le monde pour ses peintures, mais beaucoup ignorent qu’il avait une toute autre mission
avant de devenir artiste. Comme son père, il voulait devenir pasteur. C’est dans ce but que Vincent est arrivé à Pâturages en décembre 1878, pour effectuer une période d’essai de 6 mois.

Ainsi furent mis au programme de la « Quinzaine de la mémoire » l’exposition intitulée « Vincent Van Gogh – Mineur parmi les mineurs au Borinage » à l’église protestante de Frameries, du 18 au 28 novembre 2010 et une balade à vélo « Sur les traces de Vincent Van Gogh » , qui s’est déroulée le samedi 27 novembre 2010.
Les visiteurs de l’exposition ont pu ainsi suivre le parcours de Vincent au Borinage, ponctué de quelques témoignages et hommages à ce sujet. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire,
aucun tableau du grand peintre ne pendait aux cimaises. En effet, sa carrière artistique n’a démarré qu’après son départ du Borinage. Seule m’importait l’abondante correspondance entretenue avec son frère Théo, dont 10 missives partirent du Borinage. Elles donnent des descriptions détaillées de notre région à la fin du 19ème siècle. Elles donnent un tas d’informations sur les paysages, les habitations, la façon de vivre, le travail (même jusqu’au fond d’un charbonnage) et, … la misère de la classe ouvrière. Complétées par quelques écrits de l’Eglise Protestante belge et quelques rares témoignages, elles permettent de dresser avec précision le portrait du jeune idéaliste. Le tout, augmenté et illustré par quelques anciennes
cartes postales, photos et dessins, résulte en un délicieux plat de consistance, plein d’anecdotes et haut en couleur !
Vincent a passé à peine deux ans au Borinage, mais cette période a été très importante pour lui. S’il est arrivé chez nous avec une mission, celle de devenir pasteur, il en est reparti avec une toute autre, celle de commencer une carrière artistique. C’est en effet à Cuesmes qu’il a repris le pinceau. En quelque sorte, c’est au Borinage que la chenille s’est transformée en
papillon !






















Durant mes recherches, j’ai également pu constater un autre changement. En effet, ses échanges épistolaires avec Théo ont initialement été rédigés en néerlandais, comme c’était le cas pour les lettres de Petit-Wasmes et les premières de Cuesmes ; à partir de juin 1880, la langue de communication est devenue le français. Cela est probablement dû au fait que Théo a commencé à travailler à Paris en novembre 1879, et que l’écriture des lettres constituait une sorte d’entraînement.

L’ouvrage est constitué uniquement de textes extraits de la correspondance de Vincent, de documents de l’Eglise Protestante, et de quelques témoignages recueillis par ci, par là.

Pour terminer, il donne quelques pistes pour en savoir plus, et donne des indices pour retrouver les empreintes laissées par Vincent dans le Borinage, encore visibles actuellement.

Bonne lecture !


Filip Depuydt

novembre 2010







30 mars 1852 : Groot-Zundert (Brabant septentrional). Naissance au foyer du pasteur Théodore Van Gogh d’un enfant appelé Vincent. Le bébé est déclaré mort-né.

30 mars 1853 : Naissance à Groot-Zundert de Vincent Willem Van Gogh.

1er mai 1857 : naissance de son frère préféré, Théo (6 enfants vivant au foyer du pasteur). Une amitié indéfectible unira les deux frères jusqu’à la mort. Théo assurera l’aide matérielle qui permettra à Vincent de vivre de son art.

1872 : premier échange de lettres avec Théo qui fait ses études à Oisterwijk.

1873 : en récompense de ses bons services à la Galerie Goupil, fondée par son oncle à La Haye, Vincent est envoyé à la Maison Goupil à Londres. Pensionnaire chez Madame Loyer, il tombe amoureux de sa fille, Ursula, qui lui apprend en 1874 qu’elle est fiancée en secret à un marin. Profondément déçu, il rentre aux Pays-Bas.

1874 – 1876 : Vincent est employé à la Maison Goupil, tantôt à Londres, tantôt à Paris. Lors du dernier séjour à Paris, il se désintéresse de plus en plus de la vente des tableaux. Par contre, sa ferveur religieuse va croissant. Le 1er avril 1876, il renonce à son travail à la galerie.

17 avril 1876 : retour en Angleterre comme instituteur et répétiteur à Ramsgate, chez Monsieur Stokes. Il part à Isleworth chez le pasteur Jones comme aide-prédicateur.

1877 : retour à Etten (Pays-Bas) où son père exerce maintenant son pastorat. Employé à Dordrecht à la Librairie Blussé & van Braam. Il prépare l’examen d’entrée à la Faculté de Théologie d’Amsterdam.

1878 : renonçant à l’étude du latin et du grec qu’il estime inutile pour un bon apostolat, après un bref retour chez ses parents à Etten, il suit des cours de formation d’évangéliste à Laeken (Bruxelles) en vue de se consacrer à ses semblables.

26 décembre 1878 : départ pour le Borinage où Vincent séjournera chez le colporteur van der Haegen à Pâturages.

Janvier 1879 : arrivée à Wasmes comme aide-prédicateur pour 6 mois. Il loge chez les Denis. A la prédication (Salon de Bébé, rue du Bois 257) il préfère un apostolat plus direct auprès des mineurs. Il soigne les malades, les blessés, descend dans la mine, s’y dévoue lors d’un coup de grisou. Il abandonne tout superflu et devient « mineur avec les mineurs ».

Juillet 1879 : jugeant son zèle excessif, ses supérieurs évangélistes lui refusent son mandat d’aide-prédicateur. Vincent a ébauché quelques dessins de la vie du mineur.

Août 1879 : après une entrevue avec le pasteur Pietersen qui s’intéresse à l’art, il revient à Cuesmes où il continue à titre personnel à apporter son aide au pasteur Frank. Il s’installe à la maison Ducrucq et retrouve sa vocation : le dessin. « … je me remettrai au dessin et dès lors à ce qui me semble, tout a changé pour moi… », écrit-il à son frère Théo.

(Extrait de la lettre 158 (FR), Cuesmes, 24 septembre 1879).

Octobre 1880 : Vincent quitte le Borinage. « D’ici partit Vincent Van Gogh à la recherche du soleil et de soi-même » (Monument d’O. Zadkine à Wasmes).

1880 – 1885 : Vincent séjourne successivement à Bruxelles, Etten, La Haye, Nieuw Amsterdam Hoogeveen (province de Drenthe), Nuenen.

26 mars 1885 : décès de son père. Le 28 novembre, Vincent quitte définitivement la Hollande. Départ pour Anvers.

1886 – 1890 : séjours successifs à Anvers, Paris (Montmartre), Arles (Maison Jaune), Saint-Rémy de Provence (Asile Saint-Paul de Mausole),

17 avril 1889 : Théo épouse Johanna Bonger.

31 janvier 1890 : naissance d’un petit Vincent au foyer de Théo.

17 mai 1890 : arrivée de Vincent chez son frère à Paris.

21 mai 1890 : arrivée de Vincent à Auvers-sur-Oise, où le Docteur Paul Gachet l’accueille.

29 juillet 1890 : décès de Vincent des suites d’un coup de feu qu’il s’est tiré dans la poitrine deux jours plus tôt. « Mon travail à moi, j’y risque ma vie ».

25 janvier 1891 : Théo rejoint Vincent dans la mort.

1914 : transfert des restes de Théo à Auvers-sur-Oise où les deux frères reposent côte à côte pour l’éternité.

(Source : Vincent Van Gogh au Borinage, Georges Duez, p. 9-11)

La famille Van Gogh


Itinéraire de Vincent Van Gogh qui, «par les ténèbres», partit vers la lumière.

(Carte extraite de Vincent Van Gogh au Borinage, Georges Duez, p.12)




Tout au long de son parcours, Vincent a écrit 902 lettres, dont la grande majorité étaient destinées à son frère Théo. Les lettres 149 à 152 (Petit-Wasmes) et 153 à 158 (Cuesmes) ont été rédigées au Borinage.

Retrouvez-les sur







Oeuvres de Vincent au Borinage (1879 - 1880)


Van Gogh - dessin Mineur avec pelle sur épaule






Van Gogh - dessin - livre Richard Miller 


Panneau 3 dessin de Van Gogh


Van Gogh - dessin Les Bêcheurs - livre Richard Miller







Arrivée au Borinage (26 décembre 1878)

Le Pasteur Bonte fut l’une des premières personnes à avoir côtoyé Vincent Van Gogh à Pâturages. Voici son témoignage :
« Je me rappelle son arrivée à Pâturages ; c’était un jeune homme blond, de taille moyenne, d’agréable figure ; il était très bien mis, avait de belles manières et portait sur sa personne tous les caractères de la propreté hollandaise. Il s’exprimait correctement en français et était capable de parler assez convenablement dans les réunions religieuses du petit groupe protestant de Wasmes auquel on le destinait ».

(Source : - notes)

Vincent Van Gogh habitera d’abord chez le colporteur Van der Haegen, rue de l’Eglise, 39, à Pâturages. Cette maison fut démolie lors des travaux d’élargissement de la rue.

(Extrait de Le Borinage minier raconté, André Auquier).






Autres photos / Andrere foto's / Other photos :



«…Du reste, l'habillement qu'il portait au dehors révélait ses aspirations originales; on le voyait sortir avec une vieille veste de soldat et une mauvaise casquette, et c'est dans cet accoutrement qu'il parcourait le village.
Les beaux habits avec lesquels il était arrivé ne paraissaient plus, et il n'en avait pas acquis de nouveaux…»


«Il se sentait tenu d'imiter les premiers chrétiens, de sacrifier tout ce dont il pouvait se passer, et il voulait être plus dépouillé que la plupart des mineurs à qui il prêchait l'évangile. J'ajoute que la propreté hollandaise avait été aussi régulièrement abandonnée; le savon était délaissé comme un luxe coupable, et notre évangéliste, s'il n'était pas couvert d'une couche de charbon, avait ordinairement la figure plus sale que celle des charbonniers. Ce détail extérieur ne le préoccupait pas ; il était absorbé par son idéal de renoncement, il montrait d'ailleurs que son attitude n'était pas du laisser-aller, mais la pratique fidèle d'idées qui gouvernaient sa conscience. »

(Extrait de la lettre du Pasteur Bonte à Louis Piérard)

(Source : Vie tragique de Vincent Van Gogh, Louis Piérard)

« Sa nourriture était du riz et du sirop mélasse pas de beurre sur son pain».

(Extrait de la lettre de Jean Denis à Louis Piérard)

(Source : Vie tragique de Vincent Van Gogh, Louis Piérard)


Panneau_3___Vincent_Van_Gogh_facsimile_lettre_149          P_turages___Pont_Marcourt___carte_postale














« En règle générale, les maisons sont petites, on devrait même dire des cabanes ; elles sont disséminées le long des chemins creux, dans les bois ou sur les versants des collines. Ca et là, on aperçoit un toit recouvert de mousse, et, le soir, les fenêtres à petits carreaux brillent d’un éclat accueillant. Les jardins et les champs sont entourés de haies de ronces comme chez nous, au Brabant, de taillis et de buissons de chênes et en Hollande, de saules étêtés ».





«…Pour l’étranger, les villages ici sont de véritables labyrinthes avec leurs innombrables rues et impasses étroites avec leurs maisons ouvrières aussi bien au pied que sur le flanc et au sommet des collines. On saurait encore mieux les comparer à un village comme Scheveningen, surtout les quartiers populaires, ou bien à ces bourgs de Bretagne que nous connaissons par les tableaux ».

(Extraits de la lettre 149 (NL) à Théo, Wasmes, 26 décembre 1878)




« Les villages ici respirent l’abandon, le silence et la mort, parce que la vie se passe sous le sol au lieu d’à la surface ; on pourrait être ici pendant des années sans pouvoir se former une idée exacte de la marche des choses, si l’on n’est pas descendu dans les mines».





« …Mais depuis, il y a eu beaucoup de cas de typhus et la fièvre virulente, e.a. de ce que l’on appelle “la sotte fièvre” qui provoque des rêves affreux, comme le cauchemar, et le délire. Ainsi, il y a de nouveau beaucoup de gens malades et alités, maigres comme un clou, faibles et misérables. Dans une des maisons, tous sont malades avec de la fièvre, et ils n’ont que très peu ou pas d’aide, de sorte que les malades veillent sur les malades. “Ici c’est les malades qui soignent les malades” disait la femme, comme le pauvre est l’ami du pauvre »…




« ..Il y a quelques nuits, un poulain est né ici, une belle petite bête qui se mettait bien vite sur ses pattes. Les ouvriers ici ont beaucoup de chèvres et il y a des jeunes partout dans les maisons, aussi bien que les lapins qui sont général dans les habitations des mineurs».

(Extraits de la lettre 151 (NL) à Théo, Wasmes, 1er et 16 avril 1879)




Contrat d'essai pour 6 mois comme Evangéliste à Petit-Wasmes (1er février 1879)


Petit_Wasmes___Rampe_des_Ecoliers___carte_postale       Petit_Wasmes___Rue___Paniers___carte_postale









Maison de Jean-Baptiste Denis

(rue Wilson 221, Petit-Wasmes)


« Notre jeune homme prit son logement dans une ferme de Petit-Wasmes; cette maison était relativement belle; elle se distinguait d'une façon fort sensible de l'entourage, où l'on ne voyait alors que de petites maisons de mineurs».

« La famille qui hébergeait Vincent Van Gogh avait des habitudes simples et vivait comme les ouvriers. Mais notre évangéliste manifesta bien vite en face de son habitation, les sentiments particuliers qui le possédaient, il trouva que son logement était trop luxueux; cela choquait son humilité chrétienne, il ne pouvait supporter d'être abrité d'une façon si différente de celle des mineurs. Il quitta alors ces personnes qui l'entouraient de sympathie et il alla habiter une petite cabane. Il n'avait pas de mobilier et on racontait qu'il dormait au coin de l'âtre. »

(Extrait de la lettre du Pasteur Bonte à Louis Piérard)

(Source : La vie tragique de Van Gogh, Louis Piérard)




« J’ai loué une petite maison que je voudrais bien occuper seul mais, comme Pa trouve préférable que je loge chez Denis, elle me sert uniquement d’atelier et de cabinet de travail. J’ai accroché aux murs des gravures et toutes sortes d’objets. Mais je dois m’en aller pour visiter des gens biens portants et des malades».

(Extrait de la lettre 150 (NL) à Théo, Wasmes, 4 et 31 mars 1879)






« C'était par un beau jour de printemps quand je vis arriver notre jeune ami Vincent Van Gogh richement vêtu nos yeux ne cessèrent de le contempler. Le lendemain, il rendit des visites avec le pasteur M. Bonte. Aussitôt rangé à la classe ouvrière, notre ami tomba dans la plus grande humiliation où il ne tarda pas à se dépourvoir de tous ses vêtements. Ainsi arrivé à ne plus avoir de chemises, plus de chaussettes au pied, nous l'avons vu se fabriquer des chemises d'emballage1. Moi, j'étais trop jeune alors. Ma tendre mère lui disait : « M. Vincent, pourquoi vous dépouillez-vous ainsi de vos vêtements ? Et vous êtes d'une aussi noble famille de pasteur hollandais». Il répondait : «Je suis l'ami des pauvres, comme l'était le Seigneur Jésus ». Elle répondait : «Vous n'êtes plus dans les conditions normales».

(Extrait de la lettre de Jean Denis à Louis Piérard)

(Source : Vie tragique de Vincent Van Gogh, Louis Piérard)

(1) Avec des toiles d’emballage.

« Pendant l’orage qui avait éclaté au milieu d’une nuit noire comme l’enfer, les lueurs des éclairs illuminaient tout ce paysage l’espace d’un instant, et produisait d’étranges effets. Au premier plan, les grandes constructions de la mine Marcasse qui s’élèvent solitaires dans la  plaine, évoquaient vraiment, cette nuit-là, l’arche de Noé, telle qu’elle devait être sous la pluie battante quand un éclair déchirait les ténèbres du déluge».

(Extrait de la lettre 152 (NL) à Théo, Wasmes, 19 juin 1879)

Jean-Baptiste Denis relate :
«Par un jour de forte chaleur, un violent orage fut déchaîné sur notre région. Que fit notre ami ?Il alla se placer en plein champ pour regarder les grandes merveilles de Dieu, et ainsi revenant mouillé jusqu’aux os».

(Verzamelde brieven, 1973, vol. 1, p. 226. - Source : - notes)




« … c’était curieux de voir, au soir entre chien et loup, sur la neige les ouvriers qui rentraient chez eux. Ces gens sont surtout noirs quand ils sortent des sombres mines. Leurs habitations généralement sont très petites, méritant plutôt le nom de chaumières».

(extrait de la lettre 149 (NL) à Théo, 26 décembre 1879)




Sous les auspices de l’Administration Communale et en présence de Madame Elisabeth Duquesne – Van Gogh, l’une des soeurs de l’artiste, on apposa une plaque le 13 septembre 1925 sur la façade de la maison


Dans cette maison vécut
en 1878 et 1879
le Hollandais
1853 – 1890
alors Evangéliste et
qui devint à la suite
un des plus grands
Peintres de son Temps




 1990 : centième anniversaire de la mort de Vincent

Visite au Borinage de Johan Van Goghn, fils de Vincent Willem, et son épouse



« …Il avait de grandes feuilles de papier, et avec un morceau de bois qu’il avait pris dans le foyer, comme un fusain, il dessinait des bonhommes. Le lendemain matin , l’épouse de M. Denis froissait ces papiers-là pour allumer le feu dans la cheminée. Chaque soir, cela recommençait, chaque soir il faisait ses bonhommes…».

(Extrait de l’interview de Victorine Chalet, habitante de Petit-Wasmes)
(Source : Jean Bertieaux)

Jean Denis, l’un des descendants de la famille Denis, chez qui Vincent séjourna à Petit-Wasmes, mentionnait que Vincent a fait plusieurs dessins des membres de sa famille :

«La grand-mère occupée à traire les vaches, à préparer la soupe, à moudre le café; le grand-père attelant les chevaux etc. Chaque fois qu’il avait terminé, Van Gogh donnait son dessin ». Plus tard, quand les dessins furent retrouvés, ils ont été déchirés. Selon des témoins, les dessins que Van Gogh avait dessinés à l’époque comprenaient : « La Cage: charbonnage de Pâturages, puits n° 10 de Grisoeuil», « La famille Decrucq faisant la récolte des pommes de terre : les hommes bêchant, les femmes ramassant les pommes de terre », «Mineur devant sa chaumière», «Portrait de Madame Denis» et «Un couple de mineurs portant sur le dos un sac».

(Source : Eeckaut 1990, pp. 93-94 et ‘Annexes’, p. 50; Verzamelde brieven 1973, vol. 1, pp.







Le « Salon du Bébé »

(rue du Bois 257 à Petit-Wasmes)


Ces maisons formaient
le salon du bébé
où Vincent Van Gogh prêcha
en 1879


Salon du Bébé - inauguration plaque


« Les églises des protestants sont très petites, comme celle de la Ferme, même un rien plus grandes, mais le local où moi j’ai parlé n’est qu’une simple grande chambre, où une centaine de personnes pouvaient au besoin prendre place. J’ai assisté également à un office religieux dans une étable ou une grange, tout est donc assez simple et original».



Inauguration de la plaque commémorative

le 22 mars 1958


« …A plusieurs reprises déjà, j’ai pris la parole en public, dans un local spacieux spécialement aménagé en vue de réunions religieuses. J’ai parlé également dans des réunions tenues le soir dans des maisons ouvrières. J’ai commenté entre autres la ressemblance entre le grain de l’ivraie, le figuier stérile et l’aveugle-né. A Noël, j’ai évidemment parlé de l’étable de Bethlehem et de la paix sur la terre ».

«… Le langage des mineurs n’est pas si facile à comprendre, mais ils comprennent bien le français d’usage, à condition qu’on le parle rapidement et promptement, puisque alors il concorde mieux avec leur patois qui se parle extrêmement vite. Au cours d’une réunion cette semaine, j’ai commencé le texte : Acte XVI, 9 : «Et Paul eut de nuit une vision d’un homme macédonien qui se présenta devant lui, et le pria disant : Passe en Macédonie et aide-nous». Et on m’a écouté avec attention, quand j’ai essayé de décrire l’aspect de ce Macédonien, qui avant soif de consolation de l’Evangile et de la connaissance du seul vrai Dieu. Comment nous devons nous le représenter comme un ouvrier aux traits de douleur et de souffrance et de fatigue, sans aucune apparence de beauté mais avec une âme immortelle avide d’aliment qui ne périt pas, notamment la parole de Dieu».

(Extraits de la lettre 149 (NL) à Théo, Wasmes, 26 décembre 1878)




« Les gens ici sont illettrés et ignorants, la plupart ne savent pas lire, pourtant ils sont intelligents et adroits à leurs besognes.»

«… Les ouvriers là-bas sont généralement des gens émaciés et pâles de fièvre, ils ont l’aspect fatigué et usé, hâlé et vieux avant l’âge, les femmes en général sont blêmes et fanées».

(Extraits de la lettre 151 (NL) à Théo, Wasmes, 1er et 16 avril 1879)


Salon du Bébé - phto presse - claire

Salon du Bébé - phto presse - sombre




 Salon du Bébé - intérieur - photo Bertieaux

 Salon du Bébé

intérieur, après les transformations



Le nom "Salon du Bébé" trouverait son origine dans un ancien jeu folklorique pendant lequel les habitants de Wasmes devaient sillonner le bois, à la recherche d'un bébé qu'on y avait caché.  Quand celui-ci avait été retrouvé, on poursuivait la soirée au salon de danse de la Rue du Bois. D'où donc le nom "Salon du Bébé".






Charbonnage Marcasse

« Il n’y a pas longtemps, j’ai fait une excursion fort intéressante, j’ai notamment passé 6 heures dans une mine. Et encore, dans une des mines les plus vieilles et les plus dangereuses des alentours, nommée Marcasse. Cette mine a une très mauvaise réputation par suite des nombreux accidents qui s’y produisent, soit à la descente, soit à la remonte, soit à cause de l’étouffement ou des explosions de grisou, ou l’eau souterraine, ou l’effondrement d’anciennes galeries, etc. C’est un endroit sombre, et à première vue, tout dans son voisinage a un aspect sombre et funèbre. »




« …Nous descendîmes jusqu’à 700 m dans les coins les plus cachés de ces enfers… A la faible lumière d’une petite lampe, un ouvrier en vêtement d’une toile grossière, sale et souillé comme un ramoneur, est occupé à enlever du charbon à coups de pioche. »




«… La descente dans une mine est une chose terrible, dans une espèce de panier ou de seau, on descend dans un puits, mais alors un puits de 500 à 700 m de profondeur, de sorte que regardant du fond en haut, on aperçoit le jour de la grandeur d’une étoile au ciel à peu près».



photo : Norbert Ghisoland, Frameries


« …Certains ouvriers travaillent dans les maintenages, d’autres chargent le charbon dans des petits charriots qui sont transportés sur des rails comme pour un tramway, ce sont surtout les enfants qui font cela, aussi bien des garçons que des filles. On y trouve aussi une écurie là-bas, à 700 m sous terre, avec quelque 7 vieux chevaux qui transportent de plus grandes quantités vers l’accrochage, l’endroit où elles sont tirées vers le haut…».

(Extraits de lettre la 151 (NL) à Théo, Wasmes, 1er et 16 avril 1879)




















Le charbonnage de Marcasse dépendait de la Compagnie des Charbonnages Belges qui comptait 11 puits en activité. Il a connu sa dernière catastrophe le 13 janvier 1953. Le grisou tua alors 17 hommes (3 Belges, 10 Italiens, 2 Ukrainiens et 2 Algériens), et en blessa 9 autres, tous âgés de 25 à 30 ans (voir plaque commémorative). Il fut fermé le 24 octobre 1954.

(Source : Cartes postales anciennes du Borinage, collection de Marcel Capouillez)





« Autour de la mine, de misérables habitations de mineurs, avec quelques arbres morts complètement enfumés… des montagnes de charbon inutilisables, etc. »




«… Il y a partout à la ronde des cheminées gigantesques et d’énormes tas de charbon à l’entrée des mines, nommées charbonnages ».

(Extraits de la lettre 149 (NL) à Théo, Wasmes, 26 décembre 1878)







Catastrophe de l’Agrappe

(Frameries, 17 avril 1879)











L’Agrappe, «Sinistre Fosse», mangeuse d’hommes qui a causé tant de malheur et fait couler tant de larmes ! A ceux qui méconnaissent trop souvent le droit à la considération qui se sont acquis les mineurs borains, des fosses comme celle de la Cour de l’Agrappe, témoins irrécusables de leur abnégation, sont là pour rappeler leurs obscurs sacrifices et le lourd tribut
qu’ils ont payé à leur pénible métier.

Puits n° 2 de la Compagnie des Charbonnages Belges, dit : l’Agrappe, la Sinistre Fosse.
Coups de grisou :
 En 1758 : 8 morts
 De 1766 à 1790 : 30 coups de grisous (!) font de nombreuses victimes
 En 1847 : 7 morts
 Le 12 janvier 1864 : 15 morts
 Le 29 juillet 1874, à l’étage 180 : 9 morts
 Le 16 décembre 1875, aux étages 520 et 560 : 112 morts
 Le 14 août 1876 : 4 morts
 Le 17 avril 1879, à l’étage 620 : 121 morts
 Le 1er septembre 1892 : 28 morts
Ce puits est de loin le plus meurtrier de tout le bassin Borain. Il fut fermé en 1922.

(Source : Cartes postales anciennes du Borinage, collection de Marcel Capouillez)




A Frameries, lors du coup de grisou de 1879, Vincent Van Gogh viendra soigner les blessés; l’académicien Louis Piérard en parle dans son ouvrage La Vie tragique de Vincent Van Gogh :

« 1879 : année tragique : une épidémie de fièvre typhoïde (la sotte fièvre) survint et puis la grande catastrophe endeuilla le pays (coup de grisou de l’Agrappe à Frameries). Vincent se dévoua sans compter pour soigner les blessés et les malades et les brûlés du grisou, au visage noir et boursouflé».

« …Est-ce que dans le temps je t’ai raconté de ce mineur gravement blessé par suite d’une explosion de grisou ? Dieu merci il est guéri maintenant, il sort déjà et commence à marcher pour reprendre la coutume, ses mains sont encore très faibles et ça durera encore tout un temps avant qu’il sache de nouveau les employer au travail, mais il est sauvé… »

(Extrait de la lettre 151 (NL) à Théo, Wasmes, 1er et 16 avril 1879)


Agrappe - carte ancienne - livre Richard Miller


« … Cette même année arriva une explosion de grisou au puits n° 1 du Charbonnage belge où plusieurs ouvriers furent brûlés. Notre ami Vincent n'eut aucun repos : jour et nuit découpant le reste de son linge, pour en fabriquer des grandes bandes avec de la cire et de l'huile d'olives, pour courir aux brûlés de la catastrophe… »

(Extrait de la lettre de Jean Denis à Louis Piérard)
(Source : Vie tragique de Vincent Van Gogh, Louis Piérard)




« Coup de grisou au puits n° 2 de la Compagnie des Charbonnages Belges ».
Le 17 avril 1879, à l’étage 620, plus de 200 mineurs sont au travail. A 7h30, un dégagement d’une violence extrême se produit. Le grisou envahit toutes les galeries et remonte jusqu’au jour par le puits d’extraction. Là, il s’enflamme au contact du foyer dans la cabine du mécanicien. Une explosion formidable dont le bruit se propage jusqu’aux villages voisins se produit et le mécanicien, projeté comme une pierre à travers le toit, s’affale sur la crête où il brûle comme une torche sous les regards horrifiés des assistants impuissants à lui porter secours. Les cordes flambent et précipitent les cages au fond du puits. Les explosions se succèdent toute la matinée s’annonçant par des grondements souterrains terrifiants.
A 15h, les premiers secours descendent. Aussi incroyable qu’inattendu, les sauveteurs ramènent 84 survivants à la surface.
Cependant le bilan est très lourd : 121 morts.



Agrappe catastrophe 1879 - dessin


Frameries - Catastrophe de l'Agrappe 1879 - dessin                     Frameries - Catastrophe Agrappe 1879 (photoc




Frameries - Charbonnage de l'Agrappe et rue A

Charbonnage de l'Agrappe et rue A. Defuisseaux


Frameries - Charbonnage de l'Agrappe - démolition 1961

 Charbonnage de l'Agrappe - démolition en 1961




La fin d’une vocation


« Mes grands-parents m’ont toujours dit que, pour eux, « Monsieur Vincent » était comme un ange. C’était un ange…»

(Extrait de l’interview avec Mme. Victorine Chalet, ancienne habitante de Petit-Wasmes)

« L’essai qui a été fait en acceptant les services d’un jeune homme Hollandais, M. Vincent Van Gogh, qui se croyait appelé à évangéliser dans le Borinage, n’a pas donné les résultats qu’on en attendait. Si aux admirables qualités qu’il déployait auprès des malades et des blessés, au dévouement et à l’esprit de sacrifice dont il a fourni maintes preuves en leur consacrant ses veilles et en se dépouillant pour eux de la meilleure partie de ses vêtements et de son linge, s’était joint le don de la parole, indispensable à quiconque est placé à la tête d’une congrégation, M. Van Gogh aurait certainement été un évangéliste accompli. Sans doute il ne serait pas raisonnable d’exiger des talents extraordinaires. Mais il est constant que l’absence de certaines qualités peut rendre l’exercice de la principale fonction de l’évangéliste tout à fait défectueux. C’était malheureusement le cas de M. Van Gogh. Aussi le temps d’essai expiré, a-t-il fallu renoncer à l’idée de le conserver plus longtemps ».

(Source : Vingt-troisième rapport du Comité synodal d’évangélisation 1879-1880. Etterbeek-
Bruxelles 1880, pp. 17-18 (Union des églises protestantes de Belgique). Extrait imprimé dans
les Verzamelde brieven 1973, vol.1, pp. 227-228.

Dans les mémoires de l’Eglise Protestante de Petit-Wasmes, le chroniqueur Antoine Denis remarquait que Van Gogh «…perdait la tête (et) devenait ... une charge».






Maison Ducrucq

(rue du Pavillon 3 à Cuesmes)


«…Je suis comme tu le sais peut-être de retour dans le Borinage, mon père me parlait de rester plutôt dans le voisinage d’Etten, j’ai dit non et je crois avoir agi ainsi pour le mieux. Involontairement je suis devenu plus ou moins dans la famille un espèce de personnage impossible et suspect, quoi qu’il en soit quelqu’un qui n’a pas la confiance, en quoi donc pourrais-je en aucune manière être utile à qui que ce soit. C’est pourquoi qu’avant tout, je suis porté à le croire, c’est avantageux et le meilleur parti à prendre et le plus raisonnable que je m’en aille et me tienne à distance convenable, que je sois comme n’étant pas. Ce qu’est la mue pour les oiseaux, le temps où ils changent de plumage, cela c’est l’adversité ou le malheur, les temps difficiles pour nous autres êtres humains. On peut y rester dans ce temps de mue, on peut aussi en sortir comme renouvelé, mais toutefois cela ne se fait pas en public, c’est guère amusant, c’est pas gai donc il s’agit de s’éclipser… »

«…Voilà maintenant que déjà depuis 5 ans peut-être, je ne le sais pas au juste, je suis plus ou moins sans place, errant çà et là. Vous dites maintenant, depuis telle et telle époque tu as baissé, tu t’es éteint, tu n’as rien fait. Cela est-il tout à fait vrai ? Il est vrai que j’ai tantôt gagné ma croûte de pain, tantôt tel ami me l’a donné par grâce, j’ai vécu comme j’ai pu, tant bien que mal comme cela allait, …»

(Extrait de la lettre 155 (FR) à Théo, Cuesmes, 22 et 24 juin 1880)




«…Souvent, je dessine jusque tard dans la nuit pour fixer quelques souvenirs et renforcer des réflexions involontairement animées par la perception des choses…»

(Extrait de la lettre 153 (NL) à Théo, Cuesmes, 5 août 1879)

Cuesmes - dessins Maisons Ducrucq et Zandmennik


« …J’ai griffonné un dessin qui représente des charbonniers, scloneurs & scloneuses allant à fosse le matin dans la neige sur un sentier le long d’une haie d’épines, des ombres qui passent vaguement discernables dans le crépuscule. Au fond s’estompent contre le ciel les grandes constructions du charbonnage & le terril. Je t’en envoie le croquis pour que tu puisses te le représenter... »

(Extrait de la lettre 156 (FR), Cuesmes, 20 août 1880)





Maison Ducrucq - photo ruïne - avant

Maison Ducrucq - photo ruïne - arrière







« …Toutefois est-il que je ne saurais plus continuer beaucoup plus longtemps dans la petite chambre où je suis maintenant. Elle est déjà très-petite, puis il y a deux lits, celui des enfants & le mien. Et maintenant que je fais les Bargues, assez grandes, déjà je ne saurais te dire combien je suis peiné. Je ne veux pas gêner les gens dans leur ménage, aussi est-il qu’ils m’ont dit que pour ce qui était de l’autre chambre de la maison, il n’y avait pas moyen pour moi de l’avoir même en payant davantage, car il la faut à la femme pour faire sa lessive, ce qui dans une maison de charbonnier doit arriver presque tous les jours. Je voudrais donc prendre tout court une petite maison d’ouvrier, cela coûte 9 francs par mois en moyenne... »




« ...Quoi qu’il en soit j’en remonterai encore, je reprendrai mon crayon que j’ai là laissé dans mon grand découragement & je me remettrai au dessin et dès lors à ce qui me semble tout a changé pour moi & maintenant je suis en route. & mon crayon  est devenu quelque peu docile & parait le devenir davantage de jour en jour... »

« .. Il s’agit pour moi d’apprendre à bien dessiner, à être maître, soit de mon crayon soit de mon fusain, soit de mon pinceau,, une fois cela obtenu je ferai de bonnes chose presque n’importe où, et le Borinage est tout aussi pittoresque que le vieux Venise, que l’Arabie, que la Bretagne, la Normandie, Picardie ou Brie… »

(Extraits de la lettre 158 (FR) à Théo, Cuesmes, 24 septembre 1880)



Maison Ducrucq - dessin 1939









En mémoire à Vincent Van Gogh


Buste - Sculpture (Maison Communale de Colfontaine)

Dans une niche du hall de la Maison Communale de Wasmes se trouve un buste de Vincent Van Gogh réalisé par Ossip Zadkine, ayant pour légende :

« D’ici partit Vincent Van Gogh à la recherche du soleil et de soi-même » (année 1880)



Wasmes - Buste Van Gogh - photo Pierre 2011

(photo Pierre Lemal, Wasmuel)



Ossip Zadkine, né le 14 juillet 1890 à Vitebsk (Biélorussie), et décédé le 25 novembre 1967 à Paris, est un sculpteur français d'origine russe, établi en France en 1910. Il est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.

En 1928, Zadkine s'installe 100 bis rue d'Assas dans une maison blanche qui deviendra le musée Zadkine à la mort de sa femme. Auvers-sur-Oise accueille son Monument à Van Gogh en 1961. En 1962, la galerie Lacloche à Paris expose pour la première fois les Tapestries. En 1963, Zadkine commence la 3e version de La Demeure à la demande de la banque des Pays-Bas. A Zundert, ville natale de Vincent Van Gogh, s’élève la statue Les Deux Frères Van Gogh.

(Source : Wikipedia)





Edition d’un timbre poste en 1974 - Post stamp in 1974



































Tournage du film "La vie tragique deVincent Van Gogh"

(titre original : "Lust for life")


En 1954, la cité du Grand-Hornu servit de cadre à plusieurs séquences du film de Vicente Minelli La vie passionnée de Vincent Van Gogh (incarné par Kirk Douglas).

(Source : Cartes postales anciennes - Collection Marcel Capouillez)





Vincente Minnelli, de son vrai nom Lester Anthony Minnelli est un réalisateur américain, né le 28 février 1903 à Chicago, États-Unis et mort le 25 juillet 1986 à Beverly Hills, États-Unis.
Vincente Minnelli naît dans une famille de gens du spectacle. Son père, Vincent Minnelli, dirigeait le Minnelli Brothers' Tent Theatre et le jeune Vincente entre dans le monde du spectacle dès l'âge de trois ans. Au début des années 1940, Arthur Freed lui propose de le rejoindre à la MGM. Minnelli trouve alors ternes et statiques les mises en scène hollywoodiennes et entreprend de rendre dans ses films l'atmosphère des artistes qui l'avaient touché, les fauves, les impressionnistes et les surréalistes. Les films de Minnelli sont hauts en couleurs et son habileté à mêler plusieurs styles le rend célèbre. Il recevra 4 Oscars, pour le meilleur réalisateur et le meilleur film.

(Source : Wikipédia)





Kirk Douglas, né Issur Danielovitch Demsky le 9 décembre 1916 à Amsterdam (État de New York), est un acteur, producteur, réalisateur et écrivain américain. C'est le père du comédien et producteur Michael Douglas.
Figure majeure du cinéma américain, Kirk Douglas fut l'un des acteurs les plus populaires dans le monde entier dans les années 1950 et ‘60. Nombre de ses films sont devenus des classiques, et il a excellé dans tous les genres. Douglas a tourné avec Stanley Kubrick,
Vincente Minnelli, John Huston, Howard Hawks, Otto Preminger, Joseph Leo Mankiewicz, Elia Kazan, Billy Wilder et King Vidor... Ambitieux, séducteur, mégalomane, il fait partie des acteurs américains qui ont le plus
marqué la mémoire du public. Sa grande popularité ne s'est jamais démentie et il apparaît aujourd'hui, à 93 ans comme la dernière légende vivante de l'âge d'or d’Hollywood. L'American Film Institute l'a par ailleurs classé 17e plus grande star masculine du cinéma américain de tous les temps en 1999. Retiré du cinéma, il s'occupe de sa fondation pour les enfants défavorisés.

(Source : Wikipédia)


Film Kirk Douglas au Grand§Hornu

Kirk Douglas, Grand-Hornu (photo Stidio Hardy, Colfontaine)



Kirk Douglas 001






Film Minelli § femmes sur terril

Kirk Douglas & glâneuses sur terril, Hornu (Photo Studio Hardy, Colfontaine)



Anc. charbonnage "Les Vannaux", Wasmes, 3 octobre 1955






























Poésie - Poetry



Jacqueline Sentier est le pseudonyme de Josée Bertieaux-Debaix, née à Tertre (Saint-Ghislain) en 1927. Elle a obtenu son diplôme d’humanités scientifiques au Lycée Royal Marguerite Bervoets à Mons avec la médaille du Gouvernement et celui de régente à l’Ecole Normale de l’Etat à Tournai. Elle écrit ses premiers poèmes en 1940. Son oeuvre est de dominance classique et néoclassique. Jacqueline Sentier est décédée le 11 octobre 2007.

Elle était l'épouse de mon "compagnon de route", Monsieur Jean Bertieaux, qui est décédé le 18 mai 2011.



Publications (recueil de poèmes) :
- Vincent, mon ami (à Vincent van Gogh) - troisième édition en cours de préparation
- Fêtes, jalons de l’année
- Vie, poussière d’éternité
- Grains de foi
- Les onze novembre
- Mes Noëls





Dis Vincent, mon ami, mon aïeul ou mon frère,
Pendant que tu peignais la Bible de ton père,
La Parole de Dieu jaillissant de ton coeur,
Tu semblais nous l'offrir de toute ta ferveur.
Cette Bible, pour toi, la Parole de Vie
Où pouvait se nourrir ton âme inassouvie
Quand, à l'ardent foyer d'un coeur offert toujours,
Nul ne te demandait sa parcelle d'amour.
Tu l'a peinte pour nous, avec joie et ferveur
Puisqu'ils t'avaient jugés trop mauvais orateur
Pour l'expliquer, la lire la faire comprendre
A ces braves borains qui souhaitaient t'entendre.
Tu l'aimais, ton travail, dans notre Borinage,
Tu prêchais l'Evangile et vivais le partage,
Tu donnais tous tes biens, tu mettais tout ton coeur
Pour apporter à tous un rayon de bonheur.
Oui quand tu peignais, la Bible de ton Père,
Relique de famille et source de Lumière
Tu étais, dès longtemps, Vincent le Mal Aimé,
Sentiment que nous dit l'autre livre fermé.

Décembre 1989 Jacqueline SENTIER



= = = = =




On s'arrache à prix d'or tes toiles maintenant,
Alors que tu mourus de peine et de misère.
Que ferais-tu devant ces montagnes d'argent,
Toi qui vécus souvent des bontés de ton frère ?
Comment cacher ta honte, or tu ne savais pas
Découvrir autrement des moyens d'existence.
Tu travaillais pourtant mais ton coeur était las
Ton corps était usé par trop de turbulence.
Ta vie aurait changé, connaître des douceurs,
Avoir du feu, du bois, te payer un bon poêle,
Selon ton bon plaisir, acheter des couleurs,
Un nouveau chevalet, des pinceaux, de la toile,
Et donner, oui, donner, sans discrimination,
Du pain aux affamés, soulager la misère,
Poursuivre ton travail d'art et de création
Et visiter le monde, et parcourir la terre...
Après les tournesols, les iris, les cyprès,
Ton oeuvre aurait été bien plus considérable
La vente aurait suivi ... mais hélas, je rêvais !
Vincent le millionnaire est inimaginable.

19 janvier 1988 Jacqueline SENTIER

Ce poème a été retenu pour figurer dans l'ouvrage :
«Vincent- DE LA TOILE AU POEME» Livre d'Or
1890-1990 à Auvers-sur-Oise.



= = = = =




Comme tu les aimas ces rudes travailleurs,
A qui tu présentas le meilleur de toi-même,
Tu voulus imiter ces courageux mineurs,
Tu vécus avec eux leurs désespoirs suprêmes.
Souvent, tu partageas leurs moyens d'exister
Juste trop pour mourir mais bien trop peu pour vivre.
Si ton coeur généreux voulait les soulager,
Ils ne comprenaient pas, ne voulaient pas te suivre.
Tu t'es noirci comme eux de poussier, de charbon,
Et tu compatis à leur plus humble misère
Ton pas silencieux glissait dans leurs corons
Pour leur donner à tous un peu de ta lumière.
Pourtant ton coeur souffrait ton si proche départ,
Car tu devais quitter bientôt le Borinage.
On lisait tes regrets au fond de ton regard
Car tu ne pouvais pas achever ton ouvrage.

Eté 1984 Jacqueline SENTIER



Chansons - Songs


« Vincent » de Don McLean



Don McLean (2 octobre 1945, New Rochelle, New-York), auteur-compositeur-interprète américain. Il est surtout connu pour être l’auteur de la ballade American Pie (1971). Il est aussi l’incomparable auteur-interprète de Vincent / stary, stary night, chanson dédiée au peintre postimpressioniste Vincent Van Gogh qui peignit plusieurs fois les nuits étoilées.

( Source : Wikipédia)


Clip :





Don McLean




Starry starry night
paint your palette blue and grey
look out on a summer's day
with eyes that know the darkness in my soul.
Shadows on the hills
sketch the trees and the daffodils
catch the breeze and the winter chills
in colors on the snowy linen land.

And now I understand

what you tried to say to me
how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
They would not listen
they did not know how
perhaps they'll listen now.

Starry starry night
flaming flo'rs that brightly blaze
swirling clouds in violet haze

reflect in Vincent's eyes of China blue.
Colors changing hue
morning fields of amber grain
weathered faces lined in pain
are soothed beneath the artist's loving hand.

And now I understand

what you tried to say to me
how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
For they could not love you
but still your love was true
and when no hope was left in sight on that starry starry night.
You took your life as lovers often do;
But I could have told you Vincent

this world was never meant

for one as beautiful as you.

Starry starry night
portraits hung in empty halls
frameless heads on nameless walls
with eyes that watch the world and can't forget.
Like the stranger that you've met
the ragged men in ragged clothes
the silver thorn of bloddy rose
lie crushed and broken on the virgin snow.

And now I think I know

what you tried to say to me
how you suffered for your sanity
how you tried to set them free.
They would not listen
they're not list'ning still
perhaps they never will




« Les Tournesols », de Jean Ferrat



Jean Ferrat, né Jean Tenenbaum le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas[1] en Ardèche, est un parolier, musicien, compositeur et chanteur français.
À la fois chanteur engagé et poète, auteur de chansons à textes, il est aussi compositeur, et met notamment en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon. Bien que peu présent dans les médias et malgré un retrait de la scène à quarante-deux ans, il connaît un grand succès aussi bien critique que commercial, fondé tant sur la qualité de ses compositions (textes et mélodies) et de sa signature vocale, que sur ses prises de position politiques.

(Source : Wikipedia)


Clip :




Les tournesols

Jean Ferrat





Mon prince noir et famélique
Ma pauvre graine de clodo
Toi qui vécus fantomatique
En peignant tes vieux godillots
Toi qui allais la dalle en pente
Toi qu'on jetait dans le ruisseau
Qui grelottais dans ta soupente
En inventant un art nouveau

T'étais zéro au Top cinquante
T'étais pas branché comme il faut
Avec ta gueule hallucinante
Pour attirer les capitaux

Mais dans un coffre climatisé
Au pays du Soleil-Levant
Tes tournesols à l'air penché
Dorment dans leur prison d'argent
Leurs têtes à jamais figées
Ne verront plus les soirs d'errance
Le soleil fauve se coucher
Sur la campagne de Provence

Tu allais ainsi dans la vie
Comme un chien dans un jeu de quilles
La bourgeoisie de pacotille
Te faisait le coup du mépris
Et tu plongeais dans les ténèbres
Et tu noyais dans les bistrots
L'absinthe à tes pensées funèbres
Comme la lame d'un couteau

Tu valais rien au hit-parade
Ni à la une des journaux
Toi qui vécus dans la panade
Sans vendre un seul de tes tableaux


Mais dans un coffre climatisé
Au pays du Soleil-Levant
Tes tournesols à l'air penché
Dorment dans leur prison d'argent
Leurs têtes à jamais figées
Ne verront plus les soirs d'errance
Le soleil fauve se coucher
Sur la campagne de Provence

Dans ta palette frémissante
De soufre pâle et d'infini
Ta peinture comme un défi
Lance une plainte flamboyante
Dans ce monde aux valeurs croulantes
Vincent ma fleur mon bel oiseau
Te voilà donc Eldorado
De la bourgeoisie triomphante

Te voilà star du Top cinquante
Te voilà branché comme il faut
C'est dans ta gueule hallucinante
Qu'ils ont placé leurs capitaux

Mais dans un coffre climatisé
Au pays du Soleil-Levant
Tes tournesols à l'air penché
Dorment dans leur prison d'argent
Leurs têtes à jamais figées
Ne verront plus les soirs d'errance
Le soleil fauve se coucher
Sur la campagne de Provence




Litérature - Literature


Parmi tant d’autres ouvrages, voici les couvertures de quelques livres sur Vincent Van Gogh.


Panneau_11_Van_Gogh_au_Borinage_Duez Panneau_11_Van_Gogh_sur_les_Pas_dans_le_BorinagePanneau_1___Van_Gogh_chez_les_Gueules_Noires_Secr_tain













Recent publications  


livre Van Gogh - recto 001



Publicatie Duistere Wegen



Publication - Seasonofmigration



livre Van Gogh - vrso 001


logo vouters index




Nostalgie du Borinage


Extrait de lettre de Vincent au jeune peintre Eugène Boch de La Louvière :

« Mon cher ami Boch,
Merci beaucoup de votre lettre qui m’a fait bien plaisir. Je vous félicite de ne pas avoir hésité cette fois-ci et d’avoir attaqué le Borinage. Voilà un champ où vous pourrez travailler votre vie durant, tant le paysage que la figure. Les sclôneuses en loques de fosse sont surtout superbes. Si vous allez jamais à Petit-Wasmes, voulez-vous vous informer si Jean-Baptiste Denis, cultivateur, et Joseph Quinet, charbonnier, y vivent encore et leur dire de ma part que je n’ai jamais oublié le Borinage et que j’aurai toujours encore envie de le revoir…
J’aime tellement ce triste pays du Borinage qui toujours me sera inoubliable. C’est en somme dans le Borinage que j’ai pour la première fois commencé à travailler sur nature, mais naturellement tout cela je l’ai depuis longtemps détruit».

(Extrait de la lettre 553 b, Arles, 1888)









A visiter


Maison Van Gogh
Rue du Pavillon 3
7011 Cuesmes
Tel : 065-35 56 11
Info :{1AE2682F-86F9-11DA-9731-0002A58CB319}&LNG=FRA



Lettres de Vincent Van Gogh


Retrouvez les 902 lettres écrites par Vincent Van Gogh sur le site internet :

Internet :










Quid anno 2010



Former railway station - Oud station - Ancienne Gare

The former railway station of Pâturages has found a new destination as a private house.


Het oude spoorwegstation van Pâturages heeft een nieuwe bestemming gevonden als private woning.


L’ancienne gare de Pâturages a trouvé une nouvelle vocation d’habitation privée.


photo_1___P_turages_gare  photo_2___P_turages_gare





Town Hall - Gemeentehuis - Maison Communale

The originalsculpture of Ossip Zadkine found a place at the Town Hall of Wasmes (Colfontaine).  It can be visited during the opening hours of the administration services.


Het originele beeldhouwwerk van Ossip zadkine kreeg een plaats in een nis van het gemeentehuis van Wasmes (Colfontaine).  Het kan bezocht worden tijdens de openingsuren van de administratieve diensten.


La sculpture originale de Ossip Zadkine a trouvé une place dans u ne niche à la Maison Communale de Wasmes (Colfontaine).  Elle peut être visitée durant les heures d'ouverture des services administratives.








Place Saint-Pierre

A copy of Ossip Zadkine's work stands in the centre of the roundabout near Place Saint-Pierre.  In the past,souvenir hunters or vandals run off with the head.  Fortunately the local authorities seemed to have a couple of pieces in stock !


Een kopie van Ossip Zadkine's werk troont in het midden van de rotonde bij de Place Saint-Pierre. In het verleden ginngn souvenirjagers of vandalen reeds meermaals met het hoofd aan de haal.  Gelukkig bleek de lokale overheid een kleine voorraad te hebben voorzien !


Une copie de l'oeuvre de Ossip Zadkine trône au centre du rond-point près de la Place Saint-Pierre.  A plusieurs reprises, des chasseurs de souvenirs ou des vandales se sont emparés de la tête.  Fort heureusement, les authorités locales avaient prévu une petite réserve !









Where time stood still...


Waar de tijd bleef stilstaan...


Où le temps s'est arrêté...













Sentier de Saint-Ghislain, Wasmes (Colfontaine)


Today Marcasse is teh property of Mr. and Mrs. Barberio who bought the place to make it a pedagogical farm.  They have undertaken some renovation works at their own expense.  A few years ago, as an initiative of the Cultural Centre of Colfontaine, childeren of the village accompanied by an artist realised a fresque on one of the waals, representing Vincent as a preacher and as a painter.  In 2003, a commemorative plate was installed as a tribute to the victimes of a gas explosion in 1953.  The slagmountain and its surrounding sre at present a "Natagora" natural reserve.

Heden is Marcasse de eigendom van Dhr. en Mevr. Barberio, die de terreinen hadden gekocht om er een kinderboerderij op te bouwen.  Zij voeren er op eigen kosten de noodzakelijke herstellingswerken uit.  Op initiatief van het Cultureel Centrum van Colfontaine, hebben kinderen onder begeleiding van een kunstschilder op één van de muren een fresco aangebracht waarop Vincent wordt afgebeeld als predikant en als schilder.  In 2003 werd een gedenkplaat ingehuldigd ter ere van de slachtoffers van een mijngasontploffing in 1953.  De terril en zijn omgeving zijn vandaag beschermd als "Natgora" natuurgebied.

Aujourd'hui, Marcasse est la propriété de Monsieur & Madame Barberio,qui avaient acheté les terrains pour y installer une ferme pédagogique.  Ils y effectuent des travaux de rénovation à leur propres frais.  Il y a quelques années, à l'initiative du Centre Culturel de Colfontaine, des enfants du village, encadré par un artiste-peintre, on réalisé sur l'un des murs une fresque représentant Vincent comme prêcheur et comme peintre.  En 2003 fut inauguréé une plaque commémorative en hommage aux victimes d'un coup de grisou en 1953.  Les terrils et les terrains environnents sont aujourd'hui colassés comm réserve naturelle "Natagora".




Marcasse, seen from the back of Maison Denis

Marcasse, gezien vanaf de achterzijde van het Maison Denis

Marcasse, vue de l'arrière de la Maison Denis






Marcasse - photo Bertieaux - détail









A tribute to the victims of a mine gas explosion in 1953

Herdenking aan de slachtoffers van een mijngasontploffing in 1953

 En mémoire aux victimes du coup de grisou en1953



« Salon du Bébé »
Rue du Bois 257, Petit-Wasmes

This former dance salon Vincent used as a tempe, has been transformed into two private houses.


Dit oude danssalon, dat Vincent had ingericht als tempel, werd omgebouwd tot twee private woningen.


Cet ancien salon de danse, que Vincent utilisait comme temple,  a été transformé en deux maison particulières.




            Plaque commémorative apposée en 1958




« Maison Denis »
Rue Wilson 221, Petit-Wasmes














Inaugurated on 24 June 2015


logo Maison Van Gogh 1 index



logo Maison Van Gogh 2 index



logo Maison Van Gogh 3 index




Maison Denis - 2015-06-12 -inauguraation - P6120334



Maison Denis - 2015-06-12 -inauguraation - P6120348



Maison Denis - 2015-06-12 -inauguraation - P6120336








Cour de l’Agrappe

A discrete memorial of a tragic past


Een discrete herdenking aan een tragisch verleden.


Un témoignage discret à un passé tragique














Maison Van Gogh, Rue du Pavillon 3, 7011 Cuesmes

The "Van Gogh House" : a museum on Vincent, where one can contemplate the original work "Les Bêcherus".

Het "Van Gogh Huis" : een museum ter ere van Vincent, waar men het orininele werk "Les Bêchers" kan aanschouwen.

La "Maison Van Gogh" : un musée à l'honneur de Vincent, dans lequel on peut admirer l'oeuvre orinale "Les Bêchers".






















Sources d’illustrations de ce document :
- « Autour des Fosses », Claire Bortolin, Ed. Grand-Hornu Images
- « Les Enfants de la Mine », Fabian Grégoire, Ed. Gallimard

Autour_des_Fosses___couverture          Les_Enfants_de_la_Mine___Couverture





L’exposition à Frameries en novembre 2010 était complétée par les projections suivantes :
- Reportage sur le séjour de Vincent Van Gogh au Borinage, réalisé par Marcel Gosselin (originaire de Petit-Wasmes), pour les émissions protestantes à la télévision française.
- Emission de la RTBF présentée par Robert Hostetter, ancien pasteur de Petit-Wasmes.
- Enregistrement amateur (8 mm.) du tournage de quelques scènes du film de Vicente
Minelli, “La vie passionnée de Vincent Van Gogh » , devant le Grand-Hornu (1956).
- Clip Youtube : « Vincent » de Don McLean.
- Clip Youtube : « Les Tournesols » de Jean Ferrat.
- Interview de Victorine Chalet par Alain Normand (Suisse), synchronisé par Nicola Pomilio avec le montage « - Témoignage du Borinage 2010 », réalisé par Mme. Dominique Mailleux et Filip Depuydt.






 Article "Algemeen Dagblad" (Pays-Pas)







Article "La Province"

Article La Province - part 1 













Article La Province - part 2 001




























Van Gogh - Zonnebloemen









Filip Depuydt




Filip - Carte visite VVG





15 octobre 2016

15 - 16 octobre 2016 : Wallonie Bienvenue à Colfontaine




Promenade Vincent Van Gogh


43 personnes découvrent les traces de Vincent à Petit-Wasmes !


Promenade contée par un guide passionné à Petit-Wasmes sur les traces de Vincent Van Gogh et découvrez les divers lieux traversés par le peintre alors qu'il n'était encore que prédicateur (Maison Van Gogh, charbonnage de Marcasse, Salon du Bébé....Laissez-vous imprégner par l'âme du peintre et bercer par les anecdotes de Filip tout en parcourant sentiers et ruelles mystérieuses
Voir le programme Wallonie Bienvenue complet :

logo Wallonie Bienvenue

2016-10-15 - Wallonie Bienvenue - PA151982

Départ à la Maison Van Gogh



2016-10-15 - Wallonie Bienvenue - Place Saint-Pierre - IMG_3142

Place Saint-Pierre



2016-10-15 - Wallonie Bienvenue - Sentier Baronnette - IMG_3131

Ruelle Baronnette



2016-10-15 - Wallonie Bienvenue - Voie de tram - IMG_3142

Ancienne voie de tram


Merci à tous d'être venus !!!!




10 octobre 2016

Marcasse Masterplan Team preparing the future of the Marcasse coal mine



Meeting of the Marcasse Masterplan Team at the Grand-Hornu. 

10 Octobre 2016



Carmen Azevedo, Paul Berckmans, Paul Boutsen, Monique Vandenberg and Filip Depuydt (behind the camera) are drawing the outline of the future development of the former Marcasse collery.  This place was visited by Vincent Van Gogh in April 1879 and by Vincente Minelli and Kirk Douglas (Lust for Life) in September 1953.



25 - Marcasse Terril-blement Nature - 20130420_26




Marcasse Masterplan Team - meeting 2016-10-10 - PA101976

Paul, Carmen, Monique and Paul "in action"



Marcasse Masterplan Team - meeting 2016-10-10 - PA101978



Marcasse Masterplan Team - meeting 2016-10-10 - PA101979



Marcasse Masterplan Team - meeting 2016-10-10 - PA101981

Paul, Monique, Nadine (owner of Marcasse) and Paul



Trailer Marcasse "Wallonie Bienvenue" :

by LDV Production



Wasmes: Marcasse et Van Gogh ''Big in Japan''













Vous le savez , les asiatiques  sont très intéressés par le peintre VanGogh et son passage dans le Borinage. La preuve encore, le 10 septembre  après midi, puisqu'un groupe de japonais visitait le site de Marcasse. L'occasion de faire le point sur les projets de  sauvegarde et de développement du site que défend une poignée de passionnés. 




To be continued !!!



04 octobre 2016

03-10-2016 : Visit of Van Gogh Europe




Visit Van Gogh Europe





Van Gogh Europe - 03-10-2016 - PA031949



Réunion Van Gogh Europe à Mons et tour dans le Borinage vers Cuesmes, Wasmes et Marcasse.

Van Gogh Europe meeting in Mons and Borinage tour to Cuesmes, Wasmes and Marcasse.


Delegations from Van Gogh Museum Amsterdam, Kröller-Müller Museum Otterlo (NL), Van Gogh Brabant (Zundert, Etten-Leur, Nuenen, Breda, Tilburg), Van Gogh Drenthe, Saint-Rémi en Provence, Auvers-sur-Oise...




Van Gogh Europe - 03-10-2016 - PA031951



Van Gogh Europe - 03-10-2016 - PA031952



Van Gogh Europe - 03-10-2016 - PA031953


Van Gogh Europe - 03-10-2016 - PA031955



Van Gogh Europe - 03-10-2016 - PA031956



18 septembre 2016

17-09-2016 : Lerarendag in de Borinage



Lerarendag au Borinage




2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171940

Wasmes - Places Saint-Pierres



Samedi 17 septembre 2016

26 enseignants flamands et leurs partenaires découvrent le Grand-Hornu et les traces de Vincent Van Gogh à Petit-Wasmes


Zaterdag 17 september 2016

26 Vlaamse leraren en hun partners ontdekken de Grand-Hornu en het spoor van Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes


Saturday, September 17th, 2016

26 flemish teachers and their partners discover the Grand-Hornu and Vincent Van Gogh traces in Petit-Wasmes



2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171941

Wasmes - Rampe des Ecoliers


2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171942

Wasmes - Rampe des Ecoliers


2016_09_17pROMPromenade Lerarenkaart - P9171943

Wasmes - Rampe des Ecoliers




Een organisatie in samenwerking met de Lerarenkaart :




Een reactie...


Beste Filip

Nog even zeggen dat we ztaerdag enorm genoten hebben van een even deskundige als doorleefde gidsing in de Borinage. Ik maak zeker reclame op school en misschien zit er op de een of andere manier wel een uitstap of verblijf in. In dat geval weet ik wie ik mag contacteren.











13 septembre 2016

10-0-2016 : Visite japonaise à Marcasse



Samedi 10 septembre 2016


Visite japonaise à Marcasse


Deuxième visite de l'artiste Mme. Yoshiya Kay avec des visiteurs du Pays du Soleil Levant.  Cette fois, il y avait le journaliste Mr. Tadahiko Mori - The Manichi Newspaper Japan qui consacrera un article à cette visite sur les traces de Vincent Van Gogh. 


Tweede bezoek aan van kunstenares Mevr. Yoshiya Kay met een groep bezoekers uit het Land van de Rijzende Zon.  Deze keer met o.a. de journaliste Mr. Tadahiko
Mori - The Manichi Newspaper, die een artikel aan dit bezoek in het spoor van Vincent Van Gogh zal wijden.


Second visit of artist Mrs. Yoshiya Kay with a group of visitors of the Land of the Rising Sun.  This time with journalist Mr. Tadahiko Mori - The Manichi Newspaper who will write anarticle about this journey in Vincent Van Gogh'(s steps.. 


Télé MB                                              

Wasmes: Marcasse et Van Gogh ''Big in Japan''














Vous le savez , les asiatiques  sont très intéressés par le peintre VanGogh et son passage dans le Borinage. La preuve encore, le 10 septembre  après midi, puisqu'un groupe de japonais visitait le site de Marcasse. L'occasion de faire le point sur les projets de  sauvegarde et de développement du site que défend une poignée de passionnés. 


Voir reportage :



Japanese visit - 2016-09-10 - P9101920

Groupe venu tout droit du Japon


Japanese visit - 2016-09-10 - P9101917

Heureuses d'être à Marcasse !


Japanese visit - 2016-09-10 - P9101915

Mme. Yoshiya Kay et le "spray artist" Stan Di Meo


Japanese visit - 2016-09-10 - P9101901


Des oeuvres de Rénée Bourlet et Ama Simeoni (groupe "Mémoire Boraine") décorent le site de Marcasse


Japanese visit - 2016-09-10 - P9101895



Site de Yoshiya Kay : 




N'hésitez pas à pousser la porte de Marcasse, même si vous venez de moins loin !!

Contact : Nadine Gravis - - 0474-17 64 64


Posté par DEFI66 à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 septembre 2016

04-09-2016 : Hommage à / tribute to Vincent Van Gogh & Marcasse


Dimanche4 septembre 2016 :

une superbe journée en hommage à Vincent Van Gogh à Petit-Wasmes et au charbonnage de Marcasse


Zondag 4 september 2016 :

een fantastische dag ter ere van Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes en de kolenmijn van Marcasse


Sunday, 4 Septembe 2016 :

a great tribute day to Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes and in the former Marcasse coal mine


A087 - 01 - Wasmes - sauver Marcasse

Photo : Pascal Tierce - "La Province"



A087 - 02 - Wasmes - sauver Marcasse

Photo : Pascal Tierce - "La Province"



PROVINCE20160911 - Wasmes - sauver Marcasse





























Foto's van Paul Berckmans


Paul Berckmans - DSC_0180



Paul Berckmans - DSC_0183



Paul Berckmans - DSC_0185



Paul Berckmans - DSC_0186



Paul Berckmans - DSC_0202




Paul Berckmans - DSC_0219



Paul Berckmans - DSC_0220



Paul Berckmans - DSC_0224



Paul Berckmans - DSC_0230









30 août 2016

04/09/2016 - Memorial Day "Vincent Van Gogh au Borinage"



Vincent Van Gogh Borinage  


Dimanche 4 septembre 2016

Zondag 4 september 2016

Sunday, September 4th, 2016






15- Place Saint-Pierre

Wasmes, Place Saint-Pierre






Journée mémoriale Vincent Van Gogh dans le Borinage (1878-1880).



  • 09h30 : accueil dans l'ancien charbonnage de Marcasse , Sentier de Saint-Ghislain 7 à 7340 Colfontaine.
  • 10h00 : départ de la promenade guidée sur les traces de Vincent Van Gogh à Petit-Wasmes (+/- 10 km)
  • 13h30 : Fin de la promenade et aéritif sur le site de Marcasse
  • 14h00 : Barbecue convivial au charbonnage de Marcasse et découverte du domaine
  • éventuellement : visite du site du Grand-Hornu (Patimoine Mondial de l'UNESCO) :


Guide :                 Filip Depuydt (FR / NL / GB)


Cette promenade vous fera découvrir :

  • Les lieux fréquentés par Vincent Van Gogh lors de son séjour comme évangéliste parmi les mineurs de Petit-Wasmes, tels que la Maison Denis, le Salon du Bébé et le charbonnage de Marcasse ;
  • Les lettres que Vincent a écrites à son frère Theo lors de son séjour dans le Borinage ;
  • Des anecdotes et des lieux ayant servi au tournage du film « Lust for Life » (la Vie Passionnée de Vincent Van Gogh) de Vincente Minelli en 1955, avec Kirk Douglas dans le rôle principal ;
  • L’histoire de l’exploitation du charbon dans la région du Borinage et le début de la Révolution Industrielle, avec quelques vestiges, dont une série de « dalles » recouvrant les anciens puits d’extraction, le châssis à molettes en béton du Sauwartan, le charbonnage de Marcasse ;
  • Les sommets des terrils du charbonnage de Sauwartan et du charbonnage no. 6 d’Hornu & Wasmes.
  • Des panoramas sur les vallées de la Haine et de l’Elwasmes, le Bois de Colfontaine et la réserve naturelle « Marcasse et alentours » ;
  • L’histoire et le folklore local (la fête de l’Alion, la Pucelette, Gilles de Chin et le Dragon, l’Abbaye de la Court, le pagnon borain, …)


Prix pour la promenade : 10€/personne.


Le prix comprend :

  • Guidage et explications historiques ;
  • Accès au domaine de Marcasse, un morceau de pagnon borain et une tasse de café ;


Prix pour le barbecue : 15 €/personne.


Le menu comprend :

  • Apéritif;
  • Assiette barbecue & crudités
  • 1 boisson
  • Café


Inscriptions obligatoires avant le 27 août 2016 !!!!



Les benéfices de la journée iront à l'asbl "Marasse et sa mémoire" et contribueront à l'aménagement d'une infrastructure d'accueil pour les visiteurs.




Dessin Van Gogh - les sclôneuses

Vincent van Gogh, Les Sclôneuses  (Kolenzakken dragende vrouwen in de sneeuw), november 1882,

Collection Kröller-Müller Museum.






Dag ter nagedactenis van Vincent Van Gogh in de Borinage (1878-1880).



  • 09u30 : ontvangst in de oude steenkolenmijn van Marcasse , Sentier de Saint-Ghislain 7 à 7340 Colfontaine.
  • 10u00 : vertrek van de geleide wandeling in het spoor van Vincent Van Gogh in Petit-Wasmes (+/- 10 km)
  • 13h30 : einde van de wandeling en aperitif op het domein van Marcasse
  • 14u00 : gezellige barbecue au in Marcasseen ontdekking van het domein
  • eventueel : bezoek van de site du Grand-Hornu (UNESCO werelderfgoed) :

Gids :                 Filip Depuydt (FR / NL / GB)


Tijdens deze wandeling zult u de volgende zaken ontdekken :

  • De plaatsen waar Vincent Van Gogh woonde en werkte tijdens zijn verblijf als evangelist onder de mijnwerkers in Petit-Wasmes, zoals het « Maison Denis », het „Salon du Bébé“ en de Marcasse  kolenmijn;
  • De brieven die Vincent aan zijn broer Theo schreef tijdens zijn verblijf in de Borinage ;
  • Anecdotes en plaatsen die gediend hebben voor de opnamen van de film « Lust for Life »van  Vincente Minelli in 1955, met Kirk Douglas in de hoofdrol;
  • De geschiedenis van de steenkoolwinning in de Borinage en het begin van de Industriële Revolutie, met een aantal overblijfselen, waaronder enkele  « dallen » die oude mijnschachten afsluiten, de betonnen mijnbok van de Sauwartan, de Marcasse kolenmijn;
  • De toppen van de terrils (= steenbergen) van de Sauwartan kolenmijn en van de kolenmijn Nr. 6 van Hornu & Wasmes.
  • Panorama’s over de valleien van de Haine en de  Elwasmes, het Bos van Colfontaine en het natuurreservaat « Marcasse et alentours » ;
  • De lokale geschiedenis en folklore (het feest van de Alion, de Pucelette, Gilles de Chin en deDraak, de abdijhoeve « Abbaye de la Cour »t, de pagnon borain, …)


Prijs voor de wandeling : 10 €/persoon.


Deze prijs omvat :

  • De gids en historische uitleg ;
  • Toegang tot het domein van Marcasse, een stuk pagnon borain en een kop koffie;



Prijs voor de barbecue : 15 €/persoon.


Het menu omvat :

  • Aperitief;
  • Barbecueschoel met rauwkost;
  • 1 drankje;
  • Koffie;


 Inschrijving absoluut verplicht ten laatste op  27 augustus 2016 !!!!


De opbrengsten van deze dag gaan naar de vzw "Marcasse et alentours" en zullen bijdragen tot de inrichting van een onthaalinfrastuur voor de bezoekers.









Rino Noviello - _1030240-Modifier

 photo Rino Noviello





Vincent Van Gogh in the Borinage (1878-1880) Memorial Day.



  • 09:30 : welcome at the former Marcasse coal mine, Sentier de Saint-Ghislain 7 in 7340 Colfontaine.
  • 10:00 : start of the guided walk in Vincent Van Gogh's footsteps in Petit-Wasmes (+/- 10 km)
  • 13:30 : and of the walk and aperitif Marcasse
  • 14:00 : cosy barbecue at the Marcasse colliery of the domain
  • optional : visit of the site du Grand-Hornu (UNESCO world heritage) :


Guide :                       Filip Depuydt (FR / NL / GB)


During this walk you will discover the following matters :

  • The places where Vincent Van Gogh lived and worked while he was an evangelist among the miners in Petit-Wasmes, such as the « Maison Denis », the „Salon du Bébé“ and the Marcasse  colliery;
  • The letters Vincent wrote to his brother Theo during his stay in the Borinage;
  • Stories about and locations used for the shooting of « Lust for Life » by Vincente Minelli in 1955, starring Kirk Douglas;
  • The history of the coal exploitation in the Borinage and the start of the Industrial Revolution, with some remainders such as a couple of « dalles » covering the former mine shafts, the concrete pithead of the Sauwartan mine, the Marcasse colliery;
  • The summets of the Sauwartan and the Hornu & Wasmes no. 6 collieries’ slag mountains.
  • Panoramas over the Haine and the Elwasmes valleys, the Colfontaine Forest and the « Marcasse et alentours » natural reserve;
  • The local history and folklore (the Alion festival, the Pucelette, Gilles de Chin and the Dragon, the « Abbaye de la Cour » abbey farm, the “pagnon borain”, …)


Price for the guided walk : 10 €/person.


This price includes :

  • Guidance and historic information;
  • Access to the Marcasse domaine, a piece of pagnon borain and a cup of coffee;


Price for the barbecue : 15 €/person.


 The menu includes :

  • Aperitif;
  • Barbecue platter with vegetables;
  • 1 drink;
  • Coffee


Inscriptions compulsary by 27 August 2016 at the latest !!!!



Benefits of this day will go to the "Marcase etalentours" association and will contribute to the creation of an infrastructure for to welcome visitors.





Information& inscriptions




Filip Depuydt

T : +32-(0)487-68 58 59

E :

Info :

Facebook : “Vincent Van Gogh Borinage Belgium”


Charbonnage de Marcasse

Sentier de Saint-Ghislain 7

7340 Colfontaine


Map :,+7340+Colfontaine/@50.4110638,3.82654,17z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x47c2599e490c43d9:0xa65efe325490a8ad!8m2!3d50.4110604!4d3.8287287




Registration / réservations



Les inscriptions seront effectives après paiement préalable sur le compte suivant avec communication "Van Gogh - 04/09/2016" :


Reserveringen zijn pas effectief na overschrijving van het totale bedrag op onderstaande rekening met vermelding "Van Gogh - 04/09/2016" :


Bookings will only be effective after the bank transfer of the total amount into the following account with communication "Van Gogh - 04/09/2016" :



Compte / Rekening / Account : 377-0567894-93

BIC : BBRUBEBB - IBAN : BE98377056789493





Rino Noviello - _1000957

 photo Rino Noviello







11 - Ruelle Baronnette - 20130509_62

+Wasmes, Ruelle Baronette


37 - Chemin de Messe - 20130509_88

Wasmes, Chemin de Messe é Marcasse

52 - Marcasse

Wasmes, Marcasse


72 - Terril du 6 - Hornu-Wasmes - sommet - groupe Klasse

Wasmes, sommet terril no. 6 Hornu & Wasmes


73 - Terril du 6 - Hornu-Wasmes - panorama

Panorama terril no. 6 Hornu & Wasmes


Sauwartan - 20130106_05

Dour, Sauwartan



Rino Noviello - _1000931


photo Rino Noviello













23 août 2016

23-08-2016 : Unexpected visit from Tokyo !


Mardi 23 août 2016 / Dinsdag 23 augustus 2016 / Tuesday, 23 August 2016


Visitors from Tokyo - 2016-08-23 - P8231886


Deux visiteurs inattendus à Marcasse !

Comme quoi cet ancien charbonnage continue à passionner des gens du bout du monde !


Twee onverwachte bezoekers in Marcasse.

Deze oude steenkolenmijn blijft mensen uit de hele wereld boeien !


Two unexpected visitors at Marcasse.

This former coal mine keeps fascinating people all around the world !!


Visitors from Tokyo - 2016-08-23 - P8231887



Posté par DEFI66 à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,