ut du formulaire

Bas du formulaire

Guerre ouverte autour de la maison Van Gogh

FREDERIC DELEPIERRE

jeudi 27 octobre 2011, 09:50

Colfontaine. Le mayeur dit que le propriétaire ne fait rien pour la rénover. La famille de ce dernier affirme avoir introduit des permis d'urbanisme restés sans suite. La Ville veut y ouvrir un musée Van Gogh.

 

Petit-Wasmes - Maison Denis 2 

abandonnée, la maison rose où a vécu Van Gogh ne devrait plus le rester mais va-t-elle devenir un musée voulu par la Ville ou être habitée par la fille de l’actuel propriétaire ? © avpress

 

Un musée Vincent Van Gogh dans l'entité de Colfontaine. « Quelle drôle d'idée », « Pourquoi là-bas, au fin fond du Borinage ? », diront certains. Pas si étrange que ça pourtant. Le peintre a en effet vécu à Wasmes. Il y a occupé plusieurs maisons. Il y a même été mineur et évangéliste. Au point qu'aujourd'hui, l'administration communale souhaite consacrer un lieu à la mémoire de Vincent.

La maison en question est une vieille ruine à la façade rose passée. Totalement abandonnée au coin d'une rue du fond de Wasmes, au 221 de la rue Wilson. La toiture menace de s'effondrer. Il n'en reste d'ailleurs plus que les charpentes. Les fenêtres sont brisées. Le lieu est pourtant riche.

Il pourrait l'être bien plus encore s'il vivait. Sur cette façade défraîchie figure une plaque. Elle rappelle aux rares passants que la bâtisse fut occupée entre 1878 et 1879 par Vincent Van Gogh en personne. À l'époque, Van Gogh n'est pas encore peintre mais évangéliste. Au fil du temps, Van Gogh devient mineur parmi les mineurs. Il descend dans la fosse au charbonnage Marcasse.

En vue de Mons capitale européenne de la culture en 2015, l'administration communale de Colfontaine a des projets pour la bâtisse abandonnée. Ils ont été évoqués lors du conseil communal de mardi. « Ça fait 25 ans qu'on demande au propriétaire de la restaurer, affirme le bourgmestre Luciano D'Antonio (PS). Nous l'avons rencontré à plusieurs reprises. Il n'a jamais donné suite. Je vais donc accélérer les choses et lancer une expropriation en extrême urgence. Il sera prévenu par recommandé. » Le mayeur espère arriver à ses fins pour le 15 novembre prochain.

Des objections sur la forme

L'objectif est de rénover la maison et d'en faire un musée avec vue sur le Marcasse, tout en y incluant un gîte, la chambre de Van Gogh. Touristiquement, ce serait un atout, d'autant qu'une route Van Gogh devrait bientôt se créer depuis Amsterdam jusqu'à la dernière demeure de Van Gogh en Provence. Si elle intervient dans le cadre de Mons 2015, l'opération pourrait se faire grâce à des subsides wallons.

Autour de la table au conseil, l'idée faisait l'unanimité sur le fond. La forme, par contre, en laissait certains perplexes, comme Maria-Mercedes Dominguez du CDH : « Le propriétaire ne lâchera pas. Cette affaire va se terminer chez le juge de paix. Elle risque de durer et de coûter de l'argent à l'administration. »

Stéphanie, la fille du propriétaire, confirme : « Mon père veut rénover la maison pour que je l'occupe. J'y ai grandi. Il a rentré plusieurs demandes de permis d'urbanisme pour la toiture et les châssis, la première en 2005. On en a encore une copie. Jamais la Ville n'y a donné suite. » Une histoire à se trancher une oreille…