Est républicain

18 janvier 2015

 

La maison de Cuesmes, l’une de celles

où vécut Vincent Van Gogh quand il était

pasteur protestant, est déjà connue et visitée.

Mais Mons 2015 va permettre de restaurer

aussi celle de Wasmes.

 

logo Est réplublicain

 

 

VAN GOGH

 

Un jeune pasteur voulait apporter la lumière

dans les ténèbres de cette région minière belge,

à l’ouest de Mons. Un artiste y verra le jour.

 

11

18 janvier 2015 - est magazine Grand angle

}}

P« Puisse-t-il advenir que je sois affecté ici à titre

permanent. »LevoeudupasteurVincentVanGogh

ne sera pas exaucé. Scellé ici, face au spectacle des

charbonnagesetdesmineursquirentrentchezeux

« toutnoirsdanslaneigeblanche »,sondestinsera

finalement celui d’un artiste. Mais Van Gogh

passera tout de même deux ans à prêcher dans le

Borinage, de 1878 à 1880. Logé chez l’habitant à

Wasmes et à Cuesmes,deux petites localités belges

réunies aujourd’hui dans la commune de

Colfontaine. Et dans l’arrondissement de Mons.

« Desmilliers de gens se déplacent à Anvers pour

voir une simple chambre où Van Gogh a vécu, ici

nous avons deux maisons ! », s’exclame Yves

Vasseur,commissairegénéraldelafondationMons

2015. Et pas n’importe quelles maisons !

«Monsieur Vincent a encore fait ses

bonhommes » chez les Denis, face aux terrils à

Wasmes. On se servait de ses crayonnages au

charbon sur des feuilles de papier pour rallumer le

feu au petit matin… « Le Borinage est un choc

essentiel dans sa vie, c’est vraiment son lieu de

naissanceartistique. »Ilétaittempsdefairetoutela

lumièresur les traces du peintre dans ce modeste

petit coin de la province du Hainaut. L’effet

« accélérateur de projets » de la nouvelle capitale

culturelleeuropéenneprenddonciciaussitoutson

sens. Car l’histoire est très peu connue.

« Il est arrivé ici à l’âge de 25 ans », explique Filip

Depuydt,guidepassionnéetpassionnantducircuit

« VincentVanGogh auBorinage ».Quand on sait

que le pasteur devenu peintre a vécu dans 37

endroits différents en 37 années de vie, on mesure

mieux ce que deux ans d’installation dans une

région veulent dire. « En obtenant un poste

d’évangélisteàWasmes,ilestdevenuleprédicateur

d’une
petite communauté naissante : les

protestants disaient que MonsieurVincent étaitun

ange que le Seigneur leur avait envoyé », raconte

FilipendésignantlebustesignéZadkinequiornele

rond-point de Colfontaine. Dont l’original a

d’ailleurs fini par devoir être mis en sécurité à la

Maison communale… Ici un estaminet que Van

Goghfréquenta,làunesalleoùilprêchaen1879,et

encore un peu plus loin le puits de la mine dans

lequel il descendit à 700 m de profondeur.

Marcasse. « J’ai passé six heures dans l’une des

minesles plus anciennes et les plusdangereusesde

la région… Beaucoup de monde y meurt. C’est un

lieu sinistre. » Non seulement la balade préparée

parFilipfourmilled’anecdotessurceluiquifinitpar

se noircir le visage, se vêtir de haillons et dormir

dans une cabane pour être au plus près de ces

mineurs « qui ont quelque chose de simple et de

bon », maisen plus elle est ponctuée dela lecture

des lettres que Vincent écrivait alors à son frère.

Quelle émotion d’entendre ces mots dans les lieux

mêmes où ils ont été écrits ! De revivre avec Van

Gogh,plantéenpleinchamp,l’effroyableoragequi

soudain lui fit apparaître le paysage comme un

tableau ! Et finalement abandonner sa carrière

d’évangéliste pour embrasser celle d’artiste.

« J’aime tellement ce triste pays du Borinage qui

toujoursmesera inoubliable… »

V. S.

 

 

 

« VincentVanGoghauBorinage »,

Tél.+32(0) 65.65.67.85. filip.depuydt@netc.eu

Ànepasmanquer ledernierweek-endd’avril :

« LafollelégendedeVanGogh